Des jeunes s'initient à la pêche dans le Saint-Laurent

La baignade dans le fleuve Saint-Laurent n'est peut-être pas permise, mais la pêche, elle, oui! Une centaine de jeunes âgés entre 6 et 17 ans se sont initiés à l'art de lancer sa ligne à l'eau, dimanche, au quai des Cageux.
«La jeune génération veut se réapproprier le fleuve. Les pêcheurs vieillissent et la génération vieillit», a avancé Philippe Thomassin, président du conseil d'administration de la Zone d'intervention prioritaire (ZIP) Québec et Chaudière-Appalaches. Pour lui, la nouvelle génération de pêcheurs se rapproche petit à petit du fleuve qui, se souvient-il, était abondamment pollué il y a plusieurs années. «Il y a eu 50 ans d'éloignement du fleuve», s'est-il rappelé, alors qu'à une certaine époque, les gens de Québec se baignaient et se pavanaient sur les plages jusqu'à ce que la construction d'infrastructures le long du Saint-Laurent ait fait fuir une majorité des amoureux du fleuve. 
Existante depuis 26 ans, la ZIP travaille à mettre le Saint-Laurent en valeur. L'activité de pêche de dimanche aura permis à des enfants de s'initier pour la plupart à l'art de pêcher. 
Après un cours offert gratuitement en matinée qui leurs ont permis d'en apprendre sur les poissons qui nagent dans le Saint-Laurent et les rivières québécoises, les nouveaux pêcheurs ont lancé quelques lignes à l'eau. À la fin de l'exercice, tous se sont vu remettre leur permis de pêche, explique la directrice générale de ZIP, Hamida Hassein-Bey. Une occasion, croit-elle, de former la relève et de les intéresser à la pratique.
Une bonne pêche
Des bénévoles amateurs ont donné un coup de main aux enfants pour quelques bonnes prises de la journée. Perchaudes, barbues de rivière... la pêche n'a pas été si mal, confie Joffrey Fuzet, qui a guidé les apprentis pêcheurs. À la visite du Soleil, la jeune Maddy Lapointe-Sirois a sorti de l'eau une barbue de rivière qui pesait 1 livre et mesurait 38 cm.
Si certains entretiennent des doutes sur la qualité du poisson qu'on peut pêcher dans le Saint-Laurent, le biologiste Jean Painchaud explique que la dépollution du fleuve s'observe dans la composition des poisons. Ceux-ci contiennent moins de métaux lourds, de mercure et d'autres polluants qu'il y a 25 ans, note-t-il. 
Cette grande fête du Saint-Laurent et de la pêche avait lieu de 9h à 15h toute la journée de dimanche. Un autre événement de pêche, à la mouche cette fois, aura lieu au mois d'août, alors que 24 compétiteurs sont attendus à la Forêt Montmorency pour le Championnat de pêche à la mouche.