Régis Labeaume se plaît à dire que seulement 28 % des quelque 6 milliards $ seront financés par emprunts à long terme, soit environ un dollar sur quatre.
Régis Labeaume se plaît à dire que seulement 28 % des quelque 6 milliards $ seront financés par emprunts à long terme, soit environ un dollar sur quatre.

Des investissements de six milliards$ d’ici 2025

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Un désir de relancer l’économie et des taux d’intérêt qui atteignent des planchers incitent la Ville à présenter un plan quinquennal d’immobilisations de 5,95 milliards de dollars, le plus ambitieux de son histoire. À lui seul, le tramway accapare 45,9 % de cette somme.

«Nous sommes passés d’une des villes les plus endettées à une des moins endettées. On peut continuer à emprunter sans s’endetter», soutient le maire de Québec, faisant référence aux taux d’intérêt «historiquement bas».

Régis Labeaume se plaît à dire que seulement 28 % des quelque 6 milliards $ seront financés par emprunts à long terme, soit environ un dollar sur quatre. 

À LIRE AUSSI: La Ville de Québec atteint l’équilibre pandémique

Les faits saillants du budget de la Ville de Québec

Les investissements prévus en 2021 passent de 703,7 M$ à 926,1 M$ pour une hausse de 222,5 M$ par rapport au précédent budget, question de donner un coup de fouet à la relance. Cette hausse se fera sentir à travers plusieurs postes budgétaires comme l’ingénierie, le logement social et l’acquisition de terrains nécessaire à différents projets.


« Nous sommes passés d’une des villes les plus endettées à une des moins endettées. On peut continuer à emprunter sans s’endetter »
Régis Labeaume

Pour une énième fois, le maire a insisté sur l’importance de démarrer les appels de proposition pour le tramway afin de stimuler les investissements privés de 2,6 milliards $ prévus le long du tracé. 

D’ailleurs, le projet de réseau structurant accapare près de la moitié (45,9 %) du budget quinquennal. D’ici 2025, année précédant la mise en service du tram, la Ville et les gouvernements injecteront 2,73 milliards$ dans le projet.

Tout juste après, le Réseau de transport de la Capitale obtient une bonne part du gâteau, avec (14 %) du budget dont 519 millions$ pour le maintien du réseau et 289 millions $ pour le projet d’acquisition, de construction et de réaménagement de son centre d’exploitation.