Le président et coordonnateur d’Employeurs en mouvement, Louis Bertrand; la directrice de Mobili-T, Marie-Hélène Coll; la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay; la présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, Julie Bédard et le président du conseil d’administration de la Chambre de commerce de Lévis, Martin Pellerin, ont fait l’annonce de l’initiative Employeurs en mouvement.

Des idées pour déjouer le trafic

Des entreprises avant-gardistes proposent déjà le télétravail ou la flexibilité des horaires de travail à leurs salariés. D’autres encouragent le covoiturage ou l’autopartage. Certaines remboursent en entier ou en partie le laissez-passer pour le transport en commun. D’autres aménagent des vestiaires, des douches et un endroit sécuritaire pour stationner les vélos à l’intérieur de leurs murs. Des employeurs paient le taxi à leurs travailleurs qui choisissent de laisser leur auto à la maison, mais qui doivent précipitamment quitter le boulot parce que le petit dernier est malade.

À l’inverse, des entreprises en font peu pour faciliter le va-et-vient de leurs employés entre la maison et le boulot.

Et, par le fait même, pour désengorger le réseau routier de la capitale.

Dans l’espoir de venir en aide à ces entreprises et pour améliorer la mobilité dans la grande région de Québec, la Chambre de commerce et d’industrie de Québec et la Chambre de commerce de Lévis font front commun pour répertorier les meilleures pratiques développées par les grands employeurs comme Desjardins ou l’Université Laval. Des pratiques qui sauront inspirer des milliers de petites et moyennes entreprises, souhaite-t-on.

Avec l’aide financière du gouvernement du Québec qui déplie 100 000 $ et l’expertise de l’organisme Mobili-T, les deux chambres de commerce ont annoncé, mercredi, la création de l’initiative Employeurs en mouvement.

«Il s’agit d’un mouvement de solidarité et de mobilisation», a fait valoir la présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, Julie Bédard. «De grands générateurs de déplacements ont déjà mis en place des mesures pour améliorer les conditions de déplacement de leur personnel. Nous voulons maintenant faire en sorte que toutes les entreprises, petites et grandes, s’en inspirent.»

«C’est évident que tous les employeurs n’ont pas les ressources ni les moyens nécessaires pour se payer toutes les mesures possibles et inimaginables», a poursuivi Louis Bertrand, le président et coordonnateur d’Employeurs en mouvement. «Par contre, ils peuvent puiser dans le lot des meilleures pratiques et les adapter à leur situation», a ajouté celui qui a été directeur en développement immobilier à l’Industrielle Alliance pendant près d’une trentaine d’années.

Accompagnement personnalisé

L’initiative Employeurs en mouvement est une démarche en trois volets, a exposé Marie-Hélène Coll, directrice de Mobili-T, un organisme sans but lucratif qui a pour mission de favoriser le développement de mesures novatrices en mobilité durable en misant sur la gestion des déplacements.

Il y aura d’abord une campagne de mobilisation qui mettra de l’avant les retombées positives associées à la mise en place d’actions concrètes en termes de mobilité, notamment en matière d’attraction et de rétention de la main-d’oeuvre. Dans un contexte de rareté des talents, le président du conseil d’administration de la Chambre de commerce de Lévis, Martin Pellerin, a fait valoir l’importance pour les entreprises d’être un employeur de choix, un employeur qui se distingue en matière de services offerts à ses troupes.

Ensuite, il y aura la publication d’un guide des bonnes pratiques en matière de mobilité durable.

Finalement, dix entreprises des régions de la Capitale-Nationale ou de la Chaudière-Appalaches comptant au moins 25 employés pourront bénéficier de l’expertise de Mobili-T pendant une année complète.

«Il s’agit d’un accompagnement personnalisé pour leur permettre d’implanter au moins une mesure en mobilité durable», a souligné Marie-Hélène Coll. «Selon le diagnostic établi pour chaque entreprise participante, le plan d’action proposé visera à favoriser l’utilisation du transport collectif, à encourager les transports actifs, à privilégier le covoiturage plutôt que le voiturage en solo ou à proposer d’autres avenues de solution, comme les horaires flexibles ou le télétravail.»

La ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, a applaudi l’initiative mise en place par le milieu des affaires pour contribuer à réduire la congestion routière et à améliorer la fluidité de la circulation à Québec et à Lévis.

«Chaque geste compte», a-t-elle insisté. «La mobilité, ça nous concerne tous, citoyens, entreprises, organisations et élus. Le gouvernement a bien beau adopter les plus belles politiques et montrer la meilleure volonté du monde, il ne peut pas agir tout seul dans son coin.»