La Mosquée de la Capitale a reçu un message d'amour vendredi matin de la part d'une citoyenne.

Des fleurs et un message d'amour pour la Mosquée de la Capitale !

À l'heure où l'arrivée imminente de réfugiés à Québec fait jaser, la Mosquée de la Capitale a reçu un message d'amour vendredi matin de la part d'une citoyenne qui souhaitait dire aux musulmans qu'ils seront «toujours bienvenus au Québec».
Vendredi matin, Marie-Pier a voulu faire un geste bien à elle pour répondre aux propos haineux tenus à l'endroit des musulmans. «Je suis allée acheter deux bouquets de fleurs, un pour le Consulat de France à Québec, et un pour la Mosquée de la Capitale.»
Après être allée déposer les bouquets devant les deux établissements, elle a été reconduite chez elle par un chauffeur de taxi musulman, qui l'a remerciée pour son geste en lui offrant le raccompagnement.
«C'est pas parce que les extrémistes à travers le monde font des choses extrêmes qu'on voit tout l'islam pareil. C'est le message que je voulais faire avec les fleurs», précise l'initiatrice du cadeau sur un message vocal envoyé à la Mosquée de la Capitale. «Les personnes devraient comprendre qu'il y a une différence entre le musulman et l'extrême musulman», ajoute Marie-Pier, en entrevue au Soleil. «Avec des petits gestes niaiseux comme ça, ça donne de l'espoir aux gens de Québec», qui sont trop souvent intolérants, déplore-t-elle.
L'organisation de la Mosquée de la Capitale, située au 270, rue Marie-de-l'Incarnation, a été très émue par le geste de Marie-Pier. «C'est très, très touchant ce qu'elle a fait», souligne Salah Benrqiq, porte-parole de la mosquée.
«On était toujours certain que la société québécoise est grande, grande par son accueil, grande par ses valeurs humaines et grande par sa conscience», a par ailleurs mentionné par courriel l'organisation de la mosquée, qui a elle-même informé Le Soleil de «ce grand geste» posé vendredi matin.
À ce propos, Salah Benrqiq mentionne qu'«il ne faut pas juste propager les mauvais coups» faits à l'endroit de la mosquée. «Il faut le souligner quand un geste comme ça est posé.»