Le concierge de l'école et des éducateurs ont fait «une installation rudimentaire», soit une poubelle dans un local fermé, pour les enfants qui sont restés au service de garde et qui ne pouvaient se retenir.

Des élèves forcés d'uriner dans une poubelle à Lac-Beauport

Un bris dans un drain sanitaire d'une école flambant neuve de Lac-Beauport a rendu les salles de toilettes inutilisables mardi, contraignant ainsi les enfants qui avaient des besoins pressants à uriner dans une poubelle.
Martine Chouinard, secrétaire générale de la commission scolaire, explique que l'école a fait face à une situation exceptionnelle. «Est-ce que c'est l'idéal? Non. C'est pas des situations qu'on aime gérer. Mais dans les circonstances, je pense que notre personnel a agi avec un grand doigté», commente-t-elle. 
Vers 10h30 mardi, des eaux d'égout ont refoulé sur les planchers du bâtiment de la Montagne de l'école primaire Montagnac, à Lac-Beauport. L'établissement neuf vient d'ouvrir ses portes à un peu plus de 200 enfants en septembre. 
Comme la commission scolaire pensait pouvoir rouvrir ses toilettes publiques pour le début de l'après-midi, elle a décidé de ne pas fermer l'école. Mme Chouinard explique qu'à 11h30, certains enfants sont retournés à la maison dîner, tandis que pour ceux qui sont restés au service de garde et qui ne pouvaient se retenir, le concierge de l'école et des éducateurs ont fait «une installation rudimentaire», soit une poubelle dans un local fermé, où les enfants allaient faire pipi un à la fois. 
Les toilettes ont été accessibles de nouveau vers 13h, puis fermées quelques heures plus tard, alors que la journée s'achevait. «On a averti tous les parents que le service de garde fermait et qu'ils devaient venir chercher leur enfant», explique Mme Chouinard. 
Fermeture impossible
La commission scolaire a reçu mercredi plusieurs commentaires de parents, qui se demandaient pourquoi l'école n'a pas été fermée. «Comme c'est arrivé en cours de journée, on a des critères à respecter», plaide Mme Chouinard. Le premier critère est la sécurité des enfants, et la commission scolaire a jugé que leur sécurité n'était pas compromise. 
«On a aussi une préoccupation pour nos familles qui ont des vies professionnelles. C'est pas facile pour certains de se libérer comme ça, ils peuvent être mal pris», soutient Mme Chouinard. 
L'école a pensé à commander des toilettes chimiques, mais il aurait quand même fallu composer avec un délai de livraison. «On aurait pas eu le choix d'utiliser une installation temporaire», soutient Mme Chouinard. 
Le bâtiment de la Montagne de l'école Montagnac a été fermé toute la journée mercredi, mais rouvrira ses portes jeudi, avec des toilettes fonctionnelles. Les entrepreneurs qui ont participé à la construction étaient sur place pour réparer les bris. La commission scolaire soutient que les travaux seront couverts par une garantie.