Entre 300 et 500 manifestants ont voulu faire contrepoids à l'événement organisé par La Meute.

Des centaines de pacifistes dans l'ombre des casseurs

Manifestation différente? Partie calme d'une manif qui a mal tourné? Peu importe comment on l'appelle, entre 300 et 500 personnes ont marché pacifiquement en haute ville contre le racisme et contre La Meute, dimanche, pendant que des casseurs leur faisaient de l'ombre.
«Je suis ici parce que celui qui a parti La Meute est un ancien combattant et parce que je veux montrer que ce ne sont pas tous les anciens militaires qui pensent comme ça. [...] Si tu tolères l'intolérance, alors l'intolérance va prendre le dessus, et tu vas perdre la tolérance», scandait Éric Lachance, 48 ans, ex-soldat qui a fait la Guerre du Golfe.
Pour sa part, Nicole Brais disait participer à cette marche parce que «je suis écoeurée par ce qui se passe à Québec et par ce qui se dit sur Québec», en référence à divers gestes et propos xénophobes qui ont eu lieu dans la capitale ces derniers mois.
Partie de la place D'Youville, la marche avait pour destination la fontaine de Tourny afin de se rapprocher (mais pas trop) de l'endroit où le controversé groupe La Meute devait tenir un rassemblement pour ce qu'il considère comme un afflux incontrôlé d'immigrants. Le tout s'est déroulé sans anicroche jusque vers 14h, quand la marche a commencé à se disperser; une partie des manifestants pacifiques semble alors avoir rejoint l'«autre» manif, plus violente.
«Barrer la route à La Meute»
Lors d'un point de presse avant le départ, l'organisateur de la manifestation, Pablo Roy-Rojas, a indiqué que «c'est un rassemblement populaire et on est là pour se faire entendre, pas pour la violence. [...] On veut barrer la route à La Meute et à leur message». M. Roy-Rojas avait toutefois senti le besoin de préciser que bien qu'il n'incitait pas à la violence, il ne contrôlait pas tout le monde. 
«Le climat actuel nous démontre une importante montée de discours et d'actes haineux. [...] Nous n'avons qu'à penser à l'attentat à la grande mosquée en janvier dernier, aux gestes haineux posés à la porte de mosquées de Québec, aux bannières invitant à la "remigration"», a indiqué M. Roy-Rojas.
Notons enfin que plusieurs personnalités et formations politiques ont participé à la manifestation pacifique. Le député fédéral de Louis-Hébert Joël Lightbound y était, de même que la cheffe de Démocratie Québec, Anne Guérette. Les couleurs d'Option nationale et de Québec solidaire étaient également visibles ici et là.