C'est dans l'ancien complexe funéraire Lépine Cloutier sur Saint-Vallier Est, récemment acheté par Olivier Dufour, que seront construits les ateliers d'artistes.

Des ateliers d'artistes dans Saint-Roch en 2015

Les artistes de Québec peuvent espérer emménager en 2015 dans les nouveaux ateliers qui seront mis à leur disposition par la Ville de Québec dans l'ancien complexe funéraire Lépine Cloutier récemment acheté par Olivier Dufour. Et c'est la Société de développement commercial (SDC) St-Roch qui sera la gestionnaire de la trentaine d'espaces destinés à la création.
Une conférence de presse est prévue lundi pour en faire l'annonce, a appris Le Soleil. Après plusieurs années de tergiversations, le projet de la Ville de Québec d'offrir aux artistes un lieu dans le centre-ville pour se rassembler et créer semble enfin se concrétiser.
En 2012, la conseillère Julie Lemieux annonçait que l'ancienne caserne de pompiers, située rue Saint-Nicolas, serait rénovée au coût d'un million de dollars pour aménager un tel espace. Les travaux devaient être réalisés en 2013 pour une prise de possession l'année suivante. Or, à l'automne 2013, Mme Lemieux est revenue sur sa décision puisque la facture pour la transformation du bâtiment était plus salée que prévu. De plus, disait-elle, les artistes eux-mêmes n'étaient pas enchantés par leur futur toit, notamment en raison du manque de lumière.
Une trentaine d'espaces
Tout le contraire du 707, rue Saint-Vallier Est, qui ferait déjà le bonheur de ses futurs occupants. C'est du moins ce qui ressort des quelques rencontres déjà organisées avec des groupes d'artistes, qui auront à leur disposition une trentaine d'ateliers gérés par la Société de développement commercial (SDC) St-Roch. Ceux-ci partageront l'endroit notamment avec les employés de l'entreprise de hautes technologies média d'Olivier Dufour et d'autres locataires aux intérêts similaires de l'immense immeuble. L'endroit sera appelé à devenir un lieu technoculturel où se mélangent technologie et arts visuels.
Des travaux sont nécessaires et devraient être terminés en 2015 afin de permettre à des artistes de s'approprier les lieux dans la même année. Julie Lemieux avait soutenu l'an dernier que les coûts de location s'élèveraient à 222 000 $ par année, dont 100 000 $ reviendront dans les coffres municipaux en revenus de sous-location. Elle s'était réjouie des économies qui seraient ainsi réalisées.