Le travail de Pierre Ayot, «très associé au pop art», tranche avec les oeuvres abstraites qui ont recouvert les abat-jour géants de l’avenue Cartier ces dernières années.

Des abat-jour géants «plus ludiques» sur Cartier

Pour la troisième édition du parcours Lumière sur l’art, le pop art et la musique de l’Orchestre symphonique de Québec s’invitent sur les immenses abat-jour de l’avenue Cartier.

«Cette année, on a décidé d’y aller avec quelque chose de beaucoup plus ludique avec les oeuvres de Pierre Ayot, qui est un artiste québécois contemporain qui a travaillé des années 60 aux années 90», a expliqué mercredi après-midi Jean-Pierre Bédard, directeur général de la SDC Montcalm, en marge de l’inauguration de la nouvelle édition de Lumière sur l’art sur l’avenue Cartier. Son organisation en est à la troisième année du populaire projet d’art de rue mené en partenariat avec la Ville de Québec et le Musée national des beaux-arts du Québec.

Le travail de Ayot, «très associé au pop art», tranche avec les oeuvres abstraites de Fernand Leduc, Alfred Pellan, Rita Letendre et Jacques Hurtubise qui ont recouvert les abat-jour géants de l’avenue Cartier ces dernières années. «Cette fois-ci, on est avec des oeuvres plus figuratives qui font une critique sociale, d’une certaine façon, avec des clins d’oeil à des marques de commerce, entre autres», a poursuivi M. Bédard. 

Certains luminaires sont maintenant dotés de haut-parleurs faisant entendre une prestation symphonique accompagnant l’oeuvre d’art.

Son et lumière avec l’OSQ

Autre nouveauté, 5 des 34 luminaires sont maintenant dotés de haut-parleurs. Des traces de pieds peintes au sol indiquent aux piétons curieux où placer leurs pieds, sous les abat-jour, afin de déclencher une prestation symphonique accompagnant l’oeuvre d’art reproduite au-dessus d’eux. 

«On a demandé à l’Orchestre symphonique de Québec de nous proposer des extraits sonores d’enregistrements qu’ils avaient faits qui étaient en lien avec certaines des oeuvres de Pierre Ayot. Ça permet de rendre l’expérience encore plus intéressante. Plutôt que de simplement regarder les abat-jour, il faut faire le parcours et vivre cette expérience double», a relaté le dg de la SDC Montcalm.

Également présent à l’inauguration de mercredi, le maire Régis Labeaume a vanté l’initiative Lumière sur l’art, rappelant que le concept des abat-jour a rapidement fait parler de lui à l’international. «Un succès total. Les gens ont trouvé que c’était ingénieux et osé. Une exposition en plein air, on a rarement vu ça, alors bravo à ceux et celles qui ont eu l’idée au début. On va en profiter pendant encore des années», a salué le maire.