Le Colisée de QUébec (au centre) en 2012

Démocratie Québec vendrait le Colisée pour 1 $

La chef de Démocratie Québec lancera un appel de projets pour trouver une nouvelle vocation au Colisée Pepsi si elle est élue à la mairie de Québec. Anne Guérette est prête à vendre l'édifice, inoccupé depuis l'ouverture du Centre Vidéotron, pour la somme symbolique de 1 $.
«Nous proposons de céder le Colisée pour la somme de 1 $ à quiconque proposera un projet viable qui va susciter l'adhésion collective et qui sera un projet porteur de richesse collective pour notre ville. On trouve ça inconcevable qu'aucune décision n'ait été prise plus de deux ans après sa fermeture. C'est une démarche qui aurait dû être faite», a déclaré Mme Guérette.
Celle-ci critique le maire Régis Labeaume pour les signaux contradictoires - conversion, démolition, statu quo - envoyés dans ce dossier. «Non seulement le maire a changé d'avis à plusieurs reprises, mais il refuse de rendre publics les coûts de démolition pour l'infrastructure. Pendant ce temps-là, nous les citoyens de Québec payons 139 000 $ par année pour le maintenir au minimum», a déploré son adversaire.
La promesse de l'opposition officielle serait réalisée dans les 100 premiers jours suivant l'élection. Les critères de l'appel de projets seraient édictés par la Ville de Québec, qui pourrait solliciter des candidatures à l'extérieur de la province. Advenant qu'il n'y ait pas de projet de recyclage valable, la «déconstruction» serait envisagée.
«On espère qu'on n'en arrivera pas là. C'est une structure d'ingénierie très intéressante. C'est un beau bâtiment en-dessous de l'enveloppe qui a été ajoutée dans les années 80. C'est un édifice de béton armé, la structure semble-t-il est en très bonne santé. Ce qui est en mauvaise santé, ce sont tous les systèmes [système électrique, système de chauffage] et tout le métal et le plastique qui a été mis par-dessus», a fait remarquer l'architecte de formation.
Mme Guérette s'est dite ouverte à toutes les possibilités: «Moi, je n'ai pas d'idée préconçue. C'est justement quelque chose qui nous distingue aussi de M. Labeaume. On ne part pas un appel de propositions parce qu'on a déjà une idée derrière la tête. C'est un processus ouvert, un processus transparent. On va laisser les gens faire leurs propositions et on a confiance qu'il va y avoir des belles choses qui vont émerger.»
«Invité comme tout le monde»
Elle ne ferme pas la porte à Québecor, gestionnaire du nouvel amphithéâtre, pour trouver une nouvelle vocation au vieux Colisée. «Il sera invité comme tout le monde», dit-elle.
En fin de journée, Jonatan Julien, vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec, a confirmé que l'administration Labeaume s'enligne vers une démolition du vieux Colisée. «Il n'y a rien qui presse à cet effet-là, tant qu'on n'aura pas une bonne idée de ce qu'on fait en lieu et place», a-t-il précisé.
M. Julien a refusé catégoriquement de rendre publique l'estimation du coût des travaux de démolition car il ne veut pas influencer l'appel d'offres public qui sera lancé au moment jugé opportun.
***
Centre Vidéotron: mea culpa pour une circulation difficile
La Ville de Québec a dû répondre jeudi aux critiques de Québec 21 et aux nombreux témoignages à la radio concernant les problèmes de circulation constatés autour du Centre Vidéotron la veille.
Le vice-président du comité exécutif, Jonatan Julien, a expliqué que la météo orageuse avait vraisemblablement convaincu plusieurs automobilistes de se garer directement sur le site d'Expo­Cité plutôt que dans les rues environnantes. Au lieu des 2700 voitures attendues, la normale pour une foule de 14 000 personnes comme celle du match de hockey opposant les Canadiens de Montréal aux Maple Leafs de Toronto, il s'en est pointé 3700.
«Le goulot d'étranglement, c'était le paiement à la guérite», qui ont rapidement créé d'importants bouchons tout autour, a diagnostiqué M. Julien. Il promet plus d'«agilité» à l'avenir pour augmenter rapidement le nombre d'employés aux guérites advenant un afflux plus important que prévu d'automobiles. Il n'est toutefois toujours pas question d'utiliser le nouveau système de stationnement intelligent qui imposer de payer à la sortie car il est toujours en rodage, a spécifié le conseiller municipal.