Régis Labeaume affirme aussi être prêt à payer le coût de démolition de la bâtisse d'Anacolor, évalué sous la barre des 100 000 $. 

Démocratie Québec offre plus à Anacolor

L'opposition officielle à l'hôtel de ville de Québec est prête à bonifier l'offre faite à l'usine de peinture Anacolor afin qu'elle déménage. Un parc serait aménagé sur le site donnant sur la rivière Cap-Rouge.
Démocratie Québec a annoncé mardi son intention d'offrir le prix de l'évaluation municipale, soit 1 290 000 $, aux propriétaires d'Anacolor, qui seraient cependant responsables de la démolition du vaste édifice. C'est 425 000 $ de plus que l'offre mise sur la table par l'administration Labeaume, qui est prête à acheter le terrain de la rue Saint-Félix, mais pas la bâtisse d'Anacolor.
Anne Guérette, chef de Démocratie Québec, croit que la différence est justifiée pour régler rapidement ce dossier qui traîne. «C'est une question de santé publique, c'est une priorité, c'est fondamental», a-t-elle énuméré, ravie de savoir que les libéraux provinciaux, en élection partielle dans Louis-Hébert, travaillaient aussi pour un dénouement.
La candidate à la mairie croit qu'il est possible de s'entendre de gré à gré avec l'entreprise, mais n'exclut pas la possibilité d'une expropriation en cas de refus. 
La candidate dans le district de Cap-Rouge-Laurentien, Stéphanie Houde, a exposé que le terrain doit être transformé en parc pour améliorer la qualité de vie des citoyens de Cap-Rouge et réduire les coûts de décontamination.
Le maire sortant maintient quant à lui sa position dans ce dossier. «On achète le terrain. Et on sait ce qu'on fait avec», a indiqué Régis Labeaume mardi, en marge d'une conférence de presse sur un autre sujet, précisant qu'il n'y avait eu aucune négociation avec Anacolor. Régis Labeaume a déjà mentionné vouloir revendre les terrains à des fins de développement résidentiel.
Lui comme Mme Guérette se sont réjouis de l'annonce récente selon laquelle Anacolor projetait de financer son éventuel déménagement par l'intermédiaire du Fonds vert du gouvernement du Québec. C'était avant de savoir que le premier ministre Philippe Couillard fermait la porte à cette possibilité. 
M. Labeaume a dit regretter que ce dossier fasse mauvaise presse à Cap-Rouge. «Il y a des gens qui en parlent trop et mal et qui se font du capital politique. Les gens n'aiment pas ça et ça donne mauvaise réputation à Cap-Rouge», a-t-il déploré. 
Les autres partis luttant pour le pouvoir à Québec ont des positions différentes. L'Alliance citoyenne de Québec est d'accord avec le projet de déménagement à condition que ce soit le gouvernement du Québec qui absorbe la facture. Option Capitale-Nationale suggère de distribuer des constats pour infraction au règlement municipal sur le bon voisinage. Quant à Québec 21, sa position sera rendue publique plus tard puisque le candidat Jean-Pierre Asselin est toujours en consultation.
Avec Jean-François Néron