Le chef intérimaire de Démocratie Québec, Mbaï-Hadji Mbaïreway, et le conseiller dans Cap-aux-Diamants, Jean Rousseau

Démocratie Québec amorce sa reconstruction

La cuisante défaite de Démocratie Québec à l’élection municipale de novembre a fait branler les colonnes de la formation politique. Avec un seul conseiller élu et le départ de sa chef, Anne Guérette, qui n’a pas obtenu 15 % des voix à la mairie, le parti amorce maintenant une longue reconstruction.

«On a un fort défi devant nous.» Le conseiller de Cap-aux-Diamants pour DQ, Jean Rousseau, est conscient de la lourdeur de la tâche. Seul au conseil, il est relégué au titre de seconde opposition. À ce titre, il hérite d’un budget réduit.

«Le positif est que les gens veulent continuer à contribuer», ajoute-t-il, sur une note optimiste. En novembre, DQ élisait comme chef intérimaire le candidat défait dans le district de Saint-Roch-Saint-Sauveur, Mbaï-Hadji Mbaïreway.

Puis juste avant la période des Fêtes, un nouveau conseil d’administration a été élu. Plusieurs, comme M. Mbaïrewaye, sont des candidats défaits à la dernière élection. Stéphanie Houde, qui s’est présentée dans Cap-Rouge-Laurentien après avoir livré bataille comme citoyenne pour le déménagement de l’usine Anacolor, est du groupe. Denis Desroches, ex-candidat dans Lac-Saint-Charles-Saint-Émile, et Marie Lacerte, dans Saint-Louis-Sillery, font également partie du CA.

M. Rousseau a aussi annoncé l’élection de Christophe Navel. Celui qui a perdu dans Montcalm–Saint-Sacrement est présenté comme «un des principaux architectes du parti sur la mobilité durable». Un atout de taille pour DQ dans le contexte où le projet de réseau de transport structurant de l’administration Labeaume, possiblement un tramway, occupera une large place sur la scène politique municipale en 2018.

«On souhaite pouvoir contribuer à l’élaboration des grands principes, des notions de base. Participer à savoir comment on envisage le transport en commun, toujours en visant une hausse de l’achalandage», lance M. Rousseau dont la formation politique a fait la promotion d’un tramway en campagne. 

Il reste maintenant à nommer un président du parti parmi les membres élus. Denis L’Anglais, qui était candidat dans du Plateau, demeure au sein du CA, mais ne sollicitera pas un nouveau mandat à la présidence. 

À noter que le seul départ du CA est celui de Jean Cloutier, défait dans le district Les Saules. Avant même que l’ancienne chef, Anne Guérette, annonce sa décision de partir ou demeurer en politique après sa défaite, il avait affiché publiquement son intérêt de prendre la tête de la formation politique.

Le Grand marché vs le marché

Parallèlement à la reconstruction du parti, le conseiller Rousseau continuera de livrer ses batailles au conseil municipal. Le dossier de la fermeture du Marché du Vieux-Port, pour lequel il a fait le saut en politique, occupera de son temps.

S’il ne peut empêcher la construction du Grand marché d’ExpoCité, il croit encore possible de convaincre l’administration Labeaume de maintenir ouvert l’actuel marché du bassin Louise, condamné à fermer boutique. «L’un n’enlève rien à l’autre. Celui du Centre Vidéotron sera essentiellement local alors que celui du Vieux-Port est plus touristique», estime M. Rousseau, qui veut maintenir ouvert ce dernier, tout aussi bien pour desservir les résidents et nombreux restaurateurs du secteur.

«On peut arriver à une entente avec le maire là-dessus. On serait tous gagnants. On n’enlève rien à personne», conclut-il.