Déménagement du salon de jeux: le député Patrick Huot défend Vanier

«On est tannés, Vanier, de se faire dépeindre comme un milieu défavorisé, un milieu pauvre, alors que ça fait des années qu’on travaille pour changer cette perception-là!»

Le député libéral de Vanier, Patrick Huot, a réagi fortement, mercredi, à la suggestion de la Coalition avenir Québec (CAQ) de sortir le salon de jeux du centre commercial Fleur de Lys pour plutôt ouvrir un casino dans le secteur touristique de Québec.

«M. Bonnardel [François, député de Granby] a dit qu’on voulait siphonner les pauvres du quartier démuni de Vanier. C’est mépriser les gens de Vanier alors qu’on lutte depuis des années pour changer ça et ça fonctionne», a lancé M. Huot, faisant référence notamment aux investissements réalisés à l’école secondaire du coin. 

«Il y a un sentiment d’appartenance très fort et une fierté renouvelée à Vanier actuellement et qu’un parti politique n’ait pas conscience de ça et vienne frapper là-dessus, moi je le prends pas, et je trouve ça méprisant pour le secteur», a-t-il poursuivi. 

Selon l’élu local, le Salon de jeux n’est pas situé dans «le cœur de Vanier», mais dans un stationnement le long d’une autoroute, ce qui limite l’accessibilité aux gens du quartier. «Il faut prendre une bonne marche ou son auto», souligne M. Huot. 

Ce dernier reconnaît l’enjeu de santé publique, mais rappelle que les appareils de jeux ont simplement traversé l’autoroute quand Québecor a repris les précédents locaux pour construire des studios à proximité du Centre Vidéotron. Il continue de croire que la concentration des machines dans un seul lieu est préférable à leur dissémination dans plusieurs bars. 

Appui de Sébastien Proulx

Le ministre Sébastien Proulx, qui disait mardi que le dossier n’était «pas une priorité» pour lui, a appuyé son collègue sans retenue. «Le vrai courage, c’est de dire où est-ce qu’on veut l’amener [le salon de jeux], c’est pas de dire qu’il faut qu’il parte de l’endroit où il est», a-t-il laissé tomber, déplorant lui aussi la «stigmatisation» des citoyens de Vanier.

Selon le responsable de la Capitale-Nationale, la priorité locale, c’est l’emploi. «On va créer de la richesse au Québec, on va continuer comme formation politique à en créer, on va en créer à Québec, mais c’est pas avec des casinos qu’on va faire ça», dit-il.