Défilé du Carnaval: entre rêve et rigodon

La 64e mouture du défilé de nuit du Carnaval de Québec navigue entre le songe, d’où surgit tout un bestiaire nordique, et la veillée endiablée, où percussionnistes, danseurs et bons vivants animent la foule.

Le dosage était bon, en cette soirée froide. Il fallait giguer un peu sur le trottoir, sous peine d’y perdre un orteil, mais comme le défilé contenait davantage de morceaux de musique rythmée que par les années antérieures (une impression confirmée par la directrice générale du Carnaval, Mélanie Raymond), les pieds bougeaient tout seuls. 

Le concepteur Ghislain Turcotte et son équipe, qui ont imaginé de magnifiques loups à plumes, une volée de chouettes, des cerfs lumineux, des narvals, des poissons, ont donné une saveur mystique et hivernale au défilé.

Le gigantesque ours, qui atteint 24 pieds lorsqu’il se dresse sur ses pattes postérieures, a bien failli rester sur la ligne de départ à cause d’un bris technique. «Soit on partait sans l’ours, soit on prenait un peu de retard», indique Mme Raymond. L’absence du colosse, créé l’an dernier, aurait certainement suscité bien des déceptions… Ça valait bien un 10 minutes d’attente.

Entre le char de l’arbre à l’envers et le char de Bonhomme, on aura eu droit à un 45 minutes d’animation. Un léger temps mort ici, un segment trop rapide là, mais somme toute, on suivait le rythme.

Un splendide lynx, activé par six manipulateurs, a bondi d’un côté à l’autre de la rue, au plus grand ravissement de la foule.

Lynx vedette

La nouvelle vedette à faire son entrée était un splendide lynx, activé par six manipulateurs et bondissant d’un côté à l’autre de la rue, au plus grand ravissement de la foule. Beaucoup de jeunes familles, plusieurs groupes d’adultes aussi, qui au fil des ans ont troqué le caribou pour le café, peu d’ados toutefois, du moins à la hauteur de la 75e rue. On pouvait facilement se trouver une place sans avoir à jouer du coude, mais les spectateurs étaient assez nombreux pour qu’on sente un bel engouement collectif. 

Les habitués auront remarqué que les treize tableaux du défilé se bonifient tranquillement au fil des ans avec de nouveaux costumes et de nouvelles bêtes — une chouette géante de 12 pieds d’envergure guidait notamment ses comparses cette année.

Le second défilé aura lieu le samedi 10 février. Le départ se fera à 19 h au coin de l’avenue Joffre et du boulevard René-Lévesque et l’arrivée entre 21h et 21h50 au Centre des Congrès de Québec. Plusieurs rues seront fermées dans le secteur à partir de 18h. 

***

Le Défilé en chiffres

  • 13 tableaux 
  • 11 chars allégoriques
  • 7 mini-chars allégoriques
  • 600 artistes et figurants
  • 205 employés le jour-même
  • 7 troupes de danse
  • 11 troupes d’animation