Daniel Gélinas avait annoncé son départ du Festival d’été de Québec, le 27 juillet, après près de 16 ans à la barre de l’événement qui a célébré cet été son 50e anniversaire. Son bilan comprend également le sauvetage de l’organisation des festivités du 400e de Québec, en 2008. Selon Radio-Canada, il tentera maintenant de relancer le Carnaval de Québec.

Daniel Gélinas sera consultant auprès du Carnaval de Québec

L’homme derrière l’immense succès du Festival d’été de Québec tentera maintenant de relancer un autre événement emblématique de la Capitale-Nationale. Selon Radio-Canada, Daniel Gélinas a accepté un rôle de consultant auprès du Carnaval de Québec.

La nouvelle de l’embauche de l’ex-directeur général du FEQ a commencé à s’ébruiter dans les médias, mardi. Ce dernier aurait accepté un poste de consultant, mais ne commencerait son travail avec le Carnaval qu’en vue de l’édition 2019, rapporte Radio-Canada. 

«Le départ de Daniel du FEQ a changé la donne. C’est dans la continuité de la réforme que nous avons commencé», a affirmé au diffuseur public une source désirant garder l’anonymat. 

L’implication de Daniel Gélinas au Carnaval de Québec devrait être confirmée mercredi alors qu’on promet une «importante annonce» concernant la planification stratégique à moyen et long terme» du Carnaval. La directrice générale, Mélanie Raymond, et le président du conseil d’administration, Alain April, seront présents.

Aux prises avec une baisse de popularité depuis plusieurs années, le Carnaval avait amorcé un virage, l’hiver dernier, quittant le site des plaines d’Abraham et tentant de rajeunir l’événement. Au mois d’août, l’organisation se félicitait d’une hausse d’achalandage de 20 % pour son édition 2017 revampée. Un chiffre qui montait encore plus haut chez les 18-34 ans. 

Seize ans au FEQ

Rappelons que Gélinas avait annoncé son départ du FEQ, le 27 juillet, après près de 16 ans à la barre du festival. Son bilan comprend également le sauvetage de l’organisation des festivités du 400e de Québec, en 2008. 

En juillet, le gestionnaire émérite de 57 ans avait souligné son désir de prendre des vacances avant d’accepter un prochain défi professionnel. «Je n’ai jamais eu de plan de carrière de toute ma vie. Je regarde par-dessus mon épaule et je vois un petit gars énervé qui n’était pas bon à l’école. Des plans de carrière, ça n’a jamais existé dans ma vie», avait-il expliqué lorsque questionné sur son avenir. 

Daniel Gélinas avait toutefois assuré deux choses. Il prévoyait rester à Québec, «la plus belle ville où habiter», et il excluait un saut en politique.