Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Capitale-Nationale peut-elle espérer atteindre la zone verte plus tôt que prévu?
La Capitale-Nationale peut-elle espérer atteindre la zone verte plus tôt que prévu?

COVID-19: la zone verte pour la Capitale-Nationale, c’est pour quand?

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Comme elle a franchi plus tôt cette semaine la cible de 75% de sa population vaccinée et que peu de nouveaux cas se confirment chaque jour, la Capitale-Nationale peut-elle espérer atteindre la zone verte plus tôt que prévu?

Jeudi, la Capitale-Nationale a été la deuxième à remplir l’objectif fixé par le gouvernement du Québec, soit de réussir à vacciner au moins 75% de toute sa population. La région de la Gaspésie était la première à franchir ce seuil.

À titre comparatif, la moyenne provinciale se situait samedi à 70%, presque 7,25 millions de doses ont été administrées à ce jour.

Ainsi, avec plus de 660 000 personnes vaccinées dans la région, un nombre de cas stables et en dessous de la dizaine depuis maintenant 10 jours, la Capitale-Nationale pourrait-elle bientôt basculer au palier d’alerte vigilance, la tant prisée zone verte?

Déjà, le Nord-du-Québec, la Côte-Nord, l’Abitibi-Témiscamingue et Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine ont atteint ce palier. Le Bas-Saint-Laurent, la Mauricie et le Centre-du-Québec de même que le Saguenay-Lac-Saint-Jean se joindront au lot le lundi, 21 juin. 

Le reste de la province se trouve toujours en zone jaune, mais, selon les projections gouvernementales dévoilées dans le plan de déconfinement, la carte du Québec devrait être entièrement colorée de vert à compter du 28 juin.

Déjà, le Nord-du-Québec, la Côte-Nord, l’Abitibi-Témiscamingue et Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine ont atteint e palier vert. 

«La situation épidémiologique a évolué favorablement ces dernières semaines dans la Capitale-Nationale», confirme le porte-parole Mathieu Boivin du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

«Le constat que le coronavirus circule beaucoup moins qu’auparavant dans la communauté, de même que nos taux de vaccination enviables, laissent effectivement espérer un retour de notre région en palier d’alerte vigilance (zone verte)», écrit-il au Soleil, sans toutefois s’avancer sur un horizon temporel.

Dans le processus, la Direction régionale de santé publique joue davantage un rôle de «conseiller», rappelle-t-il, et la décision finale revient toujours au gouvernement du Québec.

Ainsi, questionné sur le même sujet, le ministère de la Santé et des Services sociaux est également demeuré prudent quant à la date d’un éventuel assouplissement des mesures sanitaires. «Le fait d’atteindre ce seuil [75% de la population vaccinée] ne devrait pas changer le moment de passage en zone verte», s’est-on contenté de répondre.

Pas dans toutes les tranches d’âge

Surtout que, comme le rappelle Mathieu Boivin, au CIUSSS, la couverture vaccinale des trois quarts des citoyens n’est pas encore présente dans tous les groupes d’âge. La proportion des adultes vaccinés plus jeunes progresse plus lentement que dans les autres catégories, où la cible a été, pour la plupart, largement dépassée.

«Il reste encore une portion des 18-35 ans à convaincre d’aller obtenir la première dose de vaccin. Par ailleurs, la deuxième dose de vaccin est nécessaire pour jouir d’une protection optimale contre le risque de contracter la COVID-19, surtout en raison de l’émergence de souches variantes qui pourraient s’avérer plus contagieuses et dangereuses», indique le porte-parole.

La proportion des 18-35 ans vaccinés plus jeunes progresse plus lentement que dans les autres catégories, où la cible a été, pour la plupart, largement dépassée.

«Rien ne nous fait plus plaisir que de voir les efforts de la population récompensés par des assouplissements aux consignes sanitaires. Mais il faut rester prudent, compte tenu des risques qui demeurent.»

Bilan quotidien 

En attendant, la grande région de Québec continue de dresser des bilans favorables. La Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches cumulaient 11 nouveaux cas, samedi.

Parmi eux, six se sont ajoutés dans la Capitale-Nationale. Il s’agit jusqu’ici de la plus faible augmentation depuis lundi, bien que toujours en continué avec le début de la semaine.

Un autre lit s’est libéré dans les hôpitaux de la région, qui n’accueillent plus que cinq patients en raison de complications liées au virus.

Un total de 32 741 personnes ont contracté la COVID-19 depuis son arrivée sur le territoire. Deux décès supplémentaires survenus au cours des dernières heures sont toutefois venus plomber le bilan qui fait maintenant état de 1115 victimes.

En Chaudière-Appalaches, l’heure était aux bonnes nouvelles, alors que cinq nouvelles infections ont été rapportées. Il s’agit là aussi du plus petit bilan de la semaine.

Dans les six derniers jours, cinq bilans affichaient moins de 10 cas quotidiens, une nette amélioration par rapport à la semaine précédente. En plus, les hospitalisations se maintiennent sous la barre de la dizaine.

Aucun autre décès n’est survenu depuis vendredi, ils se comptent toujours au nombre de 357 dans la région. Jusqu’à 19 239 citoyens ont été infectés par la maladie depuis mars 2020.

+

EN BREF 

Capitale-Nationale 

  • Six nouveaux cas confirmés, pour un total de 32 741 depuis le début de la pandémie
  • 1115 (+2) décès
  • Cinq (-1) personnes hospitalisées, dont aucune aux soins intensifs
  • 660 626 (+8442) doses de vaccin administrées (+ de 75%)

Chaudière-Appalaches

  • Cinq nouveaux cas confirmés, pour un total de 19 239 depuis le début de la pandémie
  • 357 (+0) décès
  • Neuf (+0) personnes hospitalisées, dont trois aux soins intensifs
  • 380 245 (+4144) doses de vaccin administrées (+ de 70%)