Le fait que la conférence se déroule à Québec est aussi une belle occasion de montrer au reste du monde ce que le Québec fait en termes de prévention contre la radicalisation, a dit la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre.

Conférence de l'UNESCO: 250 experts de la radicalisation à Québec

Près de 200 experts sur le phénomène d'Internet et de la radicalisation convergeront vers Québec les 31 octobre et 1er novembre.
La conférence intitulée «Internet et la radicalisation des jeunes : prévenir, agir et vivre ensemble» est organisée par l'UNESCO.
Des délégués du monde entier issus du monde universitaire, mais aussi d'organisations internationales ou du secteur privé se pencheront sur le rôle des médias sociaux dans la diffusion des propos haineux et radicaux, particulièrement observé ces dernières années pour l'islam radical et le recrutement djihadiste.
«Il y a un effort à impliquer tout le monde, les jeunes, les gouvernements. C'est ensemble qu'on peut lutter contre cette menace», a dit Indrajit Banerjee, directeur de la division des sociétés du savoir de l'UNESCO. Il assure qu'on verra des retombées claires de cette conférence composée des débats d'experts, mais aussi «des conclusions très concrètes».
Expertise locale
Le fait que cette conférence se déroule à Québec est aussi une belle occasion de montrer au reste du monde ce que le Québec fait en termes de prévention contre la radicalisation, a dit la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre.
Le gouvernement du Québec injecte 500 000 $ dans cette conférence au budget total d'environ 800 000 $.
Présent à la conférence de presse de mercredi, le maire de Québec, Régis Labeaume, a salué le fait que cette rencontre internationale se déroule dans sa ville.
«Je suis charmé que cette conférence ait lieu ici», a dit le maire Labeaume en rappelant que l'arrondissement historique du Vieux-Québec est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1985.