La pose d’une surface synthétique au Stade Canac en 2017 y permet maintenant la tenue de concerts.

Concerts au Stade Canac: une idée qui emballe

Le propriétaire du bar-spectacle L’Anti, dans Saint-Roch, est emballé par la possibilité de transformer le Stade Canac en salle de spectacle à ciel ouvert.

«Enfin! Je rêve de présenter des shows dans le stade!» Comme bien d’autres passionnés de musique, Karl-Emmanuel Picard a réagi de façon très positive vendredi sur les réseaux sociaux à la nouvelle publiée par Le Soleil. Dans l’article, le président des Capitales de Québec, Michel Laplante expliquait que la pose d’une surface synthétique au Stade Canac en 2017 permet maintenant à l’amphithéâtre d’accueillir des concerts. D’ailleurs, l’organisation tiendra le vendredi 25 mai un premier concert-bénéfice au profit de sa fondation et du baseball mineur de la grande région de Québec. 

«Je m’y suis déjà rendu et j’avais remarqué que c’est un endroit parfait pour y présenter des spectacles. Mais je ne savais pas que c’était maintenant possible», indique-t-il au bout du fil. Sans attendre, il a sauté sur le téléphone pour contacter M. Laplante et obtenir plus d’informations.

M. Picard est davantage attiré par le caractère particulier de l’endroit plus que par sa capacité à accueillir une foule considérable. «Il y a évidemment l’emplacement. Ça se fait à pied du centre-ville et il y a du stationnement. C’est vraiment un endroit idéal. Mais surtout, c’est le cachet du stade qui est intéressant. C’est un édifice rempli d’histoire dans un environnement exceptionnel.»

Compléter l’offre

Lui-même promoteur indépendant de spectacles, il verrait le stade comme un complément à l’offre déjà existante. «Parfois, le site d’un spectacle est l’élément qui peut décider un artiste à se produire ou non. Si tu présentes un spectacle au stade, tu fais aussi vivre une expérience client unique. Même l’artiste s’en souviendra», raconte M. Picard, qui souhaite assister à celui du groupe hommage Karma Kameleons le 25 mai.

Quand on lui rappelle que Michel Laplante affirme ne pas vouloir devenir promoteur de spectacles et nuire aux producteurs de la Ville, M. Picard rappelle que le stade ne pourra jamais devenir un endroit où des dizaines de spectacles seraient présentés chaque année. Sa vocation première demeure toujours le baseball. Cependant, il réitère que ça serait un avantage marqué pour la présentation de cinq ou six spectacles dans l’année.

Le FEQ?

Dans ce même article, Le Soleil soulevait aussi le fait que le stade pourrait satisfaire les besoins du Festival d’été (FEQ). L’organisation doit parfois se résigner à refouler des spectateurs à l’entrée du parc de la Francophonie parce que les lieux sont trop exigus pour y accueillir tous les admirateurs d’un artiste. 

M. Laplante s’est montré ouvert à des discussions si le FEQ le contactait. Il croit possible d’aménager le calendrier des Capitales en sachant longtemps à l’avance les dates de spectacles.