La direction du Collège François-de-Laval avait sollicité une aide financière de 3 millions $ d'Ottawa pour remplacer l'ensemble des fenêtres de l'établissement.

Collège François-de-Laval: rénos moins ambitieuses que prévu

Le Collège François-de-Laval (ex-Petit Séminaire de Québec) ne pourra terminer son ambitieux projet de rénovation de 10,4 millions $ pour souligner son 350e anniversaire en 2018. Le fédéral n'a pas répondu présent, regrette l'institution du Vieux-Québec.
«Ça prendrait une volonté politique au niveau du patrimoine», laisse tomber le directeur général Marc Dallaire, en entrevue avec Le Soleil. «J'ai essayé d'ouvrir des portes au fédéral. [...] Pour l'instant, je n'ai pas abandonné, mais ces démarches-là n'ont pas porté fruit.»
Il y aura néanmoins des travaux d'envergure au Collègue François-de-Laval au cours des deux prochaines années. Pour 7,4 millions $. Nous l'avions appris il y a quelques mois quand le ministère de la Culture du Québec avait annoncé qu'il épongera la moitié de la facture. La fondation de l'institution d'enseignement a amassé l'autre part de 3,7 millions $ pour compléter le montage financier.
Ayant en main ces fonds, le collège privé vient de publier l'appel d'offres pour les travaux. Il y aura de la ferblanterie, de la peinture. Le gros du chantier touchera cependant le parement : pratiquement toute la maçonnerie sera refaite, les joints entre les pierres et les briques datant de la construction originelle des bâtiments actuels entre 1854 et 1930.
Une tâche importante qui débutera dès le mois d'avril pour s'étendre jusqu'en novembre. Puis, les ouvriers reviendront en 2018, toujours d'avril à novembre. Un défi logistique durant les mois de classe.
Cure de jouvence
Mais Marc Dallaire aurait voulu en faire plus, offrir une cure de jouvence complète à l'établissement en retapant également toutes les fenêtres, aussi d'origine. D'où la demande de subvention de 3 millions $ adressée à Ottawa. «Ça aurait coûté moins cher de le faire en même temps.»
«C'est une déception parce qu'on va fêter les 350 ans», laisse-t-il tomber. «Le momentum était là.» Il y a cet anniversaire, mais aussi le 150e de la Confédération dans laquelle des anciens du collège ont joué un rôle, plaide-t-il. Et la présence d'un ex-étudiant du secteur collégial, Jean-Yves Duclos, au cabinet des ministres de Justin Trudeau. «Tout était là. Il y avait une belle occasion là.»
«La Ville nous a aidés, a fait sa part. Le provincial a fait sa part», poursuit M. Dallaire. Et la fondation du collège a récolté des dons pour couvrir une bonne part de la facture. Restait Ottawa.
Fonds privés
Marc Dallaire, qui a lancé le projet de rénovation en 2008, constate que son établissement devra vraisemblablement se tourner de plus en plus vers les dons privés pour assurer sa pérennité. Il revient d'ailleurs d'une formation sur ce thème à l'Université Harvard, aux États-Unis.
Le Collège François-de-Laval accueille 725 élèves cette année. Il espère atteindre 750 inscriptions pour septembre.