Depuis un peu plus d’un an, la Ville affirme vouloir légiférer la récupération de vêtements usagés à Québec.

Collecte de vêtements usagés: un règlement d’ici la fin de l’année

Le règlement pour civiliser la lucrative récupération de vêtements usagés à Québec sera déposé d’ici la fin de l’année, promet l’équipe du shérif municipal.

Pour l’heure, à peu près n’importe qui peut décorer la cité de gros contenants métalliques : les citoyens peuvent y déposer ce pantalon dont la taille a rapetissé (!) et ces habits d’enfant sitôt achetés, sitôt trop petits.

Par un beau matin, dans le stationnement d’une grande surface, vous pourriez donc croiser une nouvelle cloche tombée du ciel dont les parois semblent transpirer les bonnes intentions, tellement les slogans invitent au partage.

Sauf qu’au cours des dernières années, des organisations de l’extérieur de la capitale ont flairé la générosité des Québécois. Et se sont installées. À l’Armée du Salut, on pointait même l’accaparement des ressources locales par ces étrangers comme étant une des causes de la diminution de la disponibilité de la denrée.

Depuis un peu plus d’un an, la Ville affirme vouloir légiférer. Et elle serait près du but : «Il n’y a pas de règlement actuellement, mais afin de mieux encadrer l’installation des cloches de vêtements, la Ville a décidé d’en élaborer un qui sera déposé d’ici la fin de l’année», nous écrit Mireille Plamondon, conseillère en communication.

Nous n’aurons toutefois pas beaucoup plus de détails quant au type de permis nécessaires ou aux emplacements acceptables. Il n’est pas possible pour le moment de se prononcer sur les modalités.

Mais les organismes amassant des vêtements et petits articles devront faire la démonstration que leurs bénéficiaires sont du cru. «Une telle réglementation apparaît nécessaire afin de s’assurer que les dons de vêtements faits par les citoyens servent vraiment les clientèles moins favorisées de Québec», souligne Mme Plamondon. «À ce stade, l’approche proposée est de réserver l’installation de telles cloches aux organismes reconnus qui auront démontré un réel impact positif sur la collectivité de Québec. […] que les vêtements recueillis dans les cloches soient destinés de façon prioritaire aux organismes situés sur le territoire de l’agglomération.»

D’ici l’adoption, vous pouvez toujours utiliser les contenants des groupes communautaires réputés. Aussi, sans attendre la réglementation de l’automne, des cloches de récupération de vêtements ont été installées dans les cinq écocentres de la Ville grâce à une entente avec l’Armée du Salut.