Le chantier de construction de la résidence Lokia

Chantier dérangeant dans Saint-Sacrement: des correctifs apportés [PHOTOS]

Les doléances de personnes âgées du quartier Saint-Sacrement, secouées par le chantier de construction d’une résidence privée de 50 millions $ devant leur logis, ont été entendues par la Ville et le promoteur immobilier Lokia. Des aménagements seront réalisés afin d’atténuer les nuisances.

«Nous avons des bonnes nouvelles pour les voisins de la résidence Lokia en construction», annonce le porte-parole de la mairie, David O’Brien. À la suite de la réception d’une plainte, et de la publication d’un article dans Le Soleil, des inspecteurs municipaux ont visité le chantier situé dans la rue Garnier, à l’arrière de l’église du Très-Saint-Sacrement.

Résultat : le promoteur immobilier aménagera un passage pour les piétons afin de remplacer le trottoir qu’il a condamné avec des clôtures. Il déplacera également un conteneur dérangeant planté devant les fenêtres d’aînées de la résidence sans but lucratif Les Jardins Saint-Sacrement.

À LIRE AUSSI : La construction d’un complexe immobilier dans Saint-Sacrement bouleverse la vie du voisinage

«Votre article a fait bouger les choses !» se réjouit Hélène Gauthier, citoyenne du quartier et bénévole aux Jardins Saint-Sacrement. «Je suis très contente. On continue le dossier, on ne lâche pas.» Elle entend demeurer vigilante durant les 18 mois de travaux.

Il resterait notamment toujours à s’entendre sur l’utilisation des stationnements du secteur par les nombreux ouvriers du projet de 50 millions $ qui fera pousser un complexe «haut de gamme» pour retraités — il y aura plus de 100 espaces dans le stationnement souterrain et environ 300 logements. Au cours d’une rencontre publique du Conseil de quartier, mardi soir, les automobilistes des rues voisines ont demandé d’avoir la priorité les soirs et la fin de semaine pour garer leur bolide, relate Mme Gauthier.

David O’Brien, de la Ville, a tenu à souligner «la coopération de l’entrepreneur afin que le chantier se déroule en harmonie avec le voisinage.»

«C’est comme si on ne comptait pas», déplorait Gabrielle Villeneuve, sortie sur son balcon lundi pour nous pointer le conteneur planté à quelques mètres de ses fenêtres.
Illustration du projet de résidence Lokia
Illustration du projet de résidence Lokia