Un des monuments les plus photographiés de Québec, celui de Samuel de Champlain, le fondateur de la ville de Québec, que l'on croyait être né à Brouage.

Champlain serait né à La Rochelle

De nouvelles révélations sur Samuel de Champlain contrediraient des monuments érigés en mémoire du fondateur de Québec, y compris celui situé au pied du Château Frontenac. L'acte de baptême du navigateur, récemment découvert en France, vient en effet mêler les cartes. Et pourrait du même coup relancer les recherches sur le navigateur, s'enthousiasment des historiens québécois.
L'inscription sur la statue de Champlain sur la terrasse Dufferin indiquant sa naissance à Brouage devra peut-être être modifiée.
Le généalogiste français Jean-Marie Germe vient de retrouver le baptistaire de Samuel de Champlain, en fouillant les archives d'un ancien temple protestant à La Rochelle, annonçait vendredi le quotidien régional Sud-Ouest.
L'acte prouverait que le «père de la Nouvelle-France» a non seulement été baptisé à La Rochelle, mais qu'il y est né. De quoi faire mentir plusieurs écrits et monuments, comme la statue de Samuel de Champlain sur la terrasse Dufferin, qui prétendent qu'il est natif de Brouage, devenu une destination touristique au fil du temps.
«C'est une grande nouvelle! Ça n'empêchera pas le maire [Régis] Labeaume de dormir, mais...», lance l'historien et éditeur Denis Vaugeois. «Les gens associaient Champlain au petit village de Brouage près de La Rochelle. C'est un milieu de touristes très important. On a d'ailleurs restauré une maison dite de Champlain là-bas, qui est très visitée. Le gouvernement canadien a investi dans cette maison-là à l'époque», rappelle-t-il.
L'auteur de Champlain, la naissance de l'Amérique française se fait tout de même rassurant. «Actuellement, je pense que les gens de Brouage n'ont pas à s'alarmer. Peut-être que quelqu'un va avoir l'idée d'avoir une autre maison à La Rochelle», dit-il.
L'un des collaborateurs québécois de Jean-Marie Germe, le généalogiste Marcel Fournier, pense au contraire «que l'impact à Brouage va être fort. On ne peut pas dire que Québec est une ville touristique à cause de Champlain, mais Brouage, oui».
Par contre, il doute que la trouvaille de M. Germe entraîne une refonte de toutes les statues honorant Champlain. «Un moment donné, ça va peut-être prendre, à côté de la plaque, un panneau d'interprétation pour dire que selon les recherches actuelles», il est né à La Rochelle, suggère M. Fournier.
Il fait alors un parallèle avec le monument des pionniers au parc Montmorency, sur lequel figure notamment Louis Hébert. «Il y a des noms là-dedans qui ne sont pas bons, il y en manque. Est-ce qu'on va refaire les monuments ou les plaques? Je ne croirais pas.»
Par ailleurs, l'acte de baptême fait état d'un certain Samuel «Chapeleau» et non Champlain, ce que certains observateurs semblent déjà contester. «Quand on travaille dans les registres anciens, on est très habitués à voir ces variantes orthographiques. Ça ne prouve rien», exprime Denis Vaugeois.
Le mystère se dissipera
«Il y a beaucoup de monde sur Internet qui insistent sur le Chapeleau ou qui disent : "Ah, je ne veux pas changer le nom du boulevard Champlain en boulevard Chapeleau." Il ne faut pas trop y faire attention», ajoute-t-il.
«Faut penser que l'écriture en 1500, c'était très variable, renchérit Marcel Fournier. Et le nom de sa mère, Marguerite Le Roy, est très exact.» Denis Vaugeois se réjouit finalement du fait que l'acte de baptême confirme pour la première fois la date de naissance du «découvreur de Québec», soit le 13 août 1574.
«Maintenant, on sait qu'il avait à peu près 29 ans quand il est venu à Québec pour la première fois. C'est sûr que ça va déclencher d'autres recherches», assure-t-il.
En partant de la date ou du nouveau lieu de sa naissance, M. Vaugeois croit donc que la chronologie des voyages et des expériences de Champlain pourra être précisée par la communauté des historiens et des chercheurs. Et que le mystère entourant le personnage historique se dissipera de plus en plus.