La nouvelle formule du défilé du Carnaval de Québec a été présentée samedi.

Carnaval de Québec: trois correctifs majeurs seront apportés au défilé [VIDÉO]

Le Carnaval de Québec promet d’apporter des ajustements au second défilé pour répondre aux sévères critiques sur le manque d’éléments festifs et les ratés techniques rapportés lors du premier défilé.

La directrice de l’événement, Mélanie Raymond, et l’un des concepteurs de la «vision 2019» du Carnaval, Daniel Gélinas, ont rencontré la presse mardi pour endiguer la vague de déception de nombreux carnavaleux présents au défilé nouveau genre de samedi dernier.

«On est conscient que le défilé a connu quelques ratés et tout le monde est à pied d’œuvre pour corriger le tir. On a passé deux jours à revoir le dossier et on a identifié des éléments de solution qui vont faire une différence», a voulu rassurer M. Gélinas, d’entrée de jeu. 

«Il y a des zones grises qu’on avait identifiées avant la présentation. C’est un concept audacieux qui demeure porteur. On est dans un processus de création. C’est une nouveauté totale. Rien n’a été inventé sans des ajustements», se défend-il.

À LIRE AUSSI : La chronique de François Bourque, Où diable était le Carnaval?

Selon lui, «il n’y a jamais de perfection à la première édition, à la première prestation et même avant la première répétition.» Et c’est peut-être bien là le problème. Jamais le concept d’un défilé par tableaux n’a pu être testé, en raison de considérations financières et techniques.

«Quand on fait quelque chose, on s’expose à la critique. Il n’y a rien de trop ambitieux», ajoute l’ex-dg du Festival d’été, qui a déjà vécu pareille situation. «On peut ben dire ce qu’on voudra, mais y’a du monde qui a aimé ça, ce show-là. Les médias sociaux, on sait c’est quoi. Moi, j’ai dealé avec ça pendant des années. On avait des blasts [critiques négatives] et les ventes marchaient et c’est la même chose pour les médias traditionnels. On est en évolution et on demande aux gens d’évoluer avec nous dans le processus de création.»

Cette grande déception pourrait aussi naître, en partie, du fait que les attentes étaient très grandes face au nouveau concept.

Correctifs majeurs

Au moins trois correctifs majeurs seront apportés au défilé de samedi qui se tiendra sur la Grande Allée entre l’avenue Bourlamaque et la rue des Parlementaires. 

Premièrement, la durée de l’événement sera entre 45 et 55 minutes grâce à un meilleur travail «de régie et de fluidité». L’un des reproches était les longs délais d’attente entre les différentes stations. On a d’ailleurs appris qu’un char a été retardé parce qu’une branche d’arbre nuisait.

Autre point important, M. Gélinas promet une animation constante entre chaque transition d’une station à l’autre. «On va demeurer en mode animation et musique durant tout le parcours.» L’une des principales critiques visait les moments «morts» entre chaque station.

Enfin, une attention particulière est portée pour améliorer la «sonorisation globale». «Il y aura plus de son. On travaille sur les enceintes pour s’assurer que tout le monde a du son et le sent bien.»

Bien reçu

La dg de l’événement, Mélanie Raymond, rappelle que le défilé est «un élément» parmi d’autres qui font partie d’une vision globale de repositionnement du Carnaval de Québec. «Il y a plusieurs éléments de cette vision qui se déploient sur le terrain et ça a un effet très positif. L’achalandage sur nos sites est très bon. Et il ne faut pas oublier nos 75 événements partenaires qui se rassemblent autour de la nouvelle vision. Ça fonctionne très bien un peu partout dans la Capitale. On sent l’effervescence», relativise-t-elle.

«Tout le monde est convaincu qu’on n’a pas un mauvais produit. Il faut le raffiner comme un diamant brut. Il faut s’ouvrir les œillères un peu et voir qu’il y a du succès autour», conclut M. Gélinas.