Canicule mortelle: Québec pas à l'abri

La vague de chaleur n’a entraîné aucun décès jusqu’à maintenant dans la région de la Capitale-Nationale. Mais les risques de mortalité augmentent à mesure qu’elle persiste.

Alors que la canicule a entraîné la mort de six personnes à Montréal (lire l’autre texte), la région de la capitale a jusqu’à présent été épargnée, indique la Direction de la santé publique de la Capitale-Nationale, qui dessert les régions de Québec, Portneuf et Charlevoix.

La vague de chaleur a cependant commencé vendredi à Montréal, ce qui l’a rendue plus meurtrière. À Québec, la chaleur intense a régné pour une deuxième journée, mardi.  

«On ne s’attend pas au jour 2 à une certaine augmentation de la mortalité, explique Dre Isabelle Goupil-Sormany, adjointe médicale à la direction de la Santé publique de la Capitale-Nationale. «En général, on observe plus une augmentation de la mortalité et de la morbidité plus au jour 3, 4 ou 5, une semaine, voire jusqu’à un mois après un épisode de chaleur accablante». 

La canicule se poursuivra au moins jusqu’à jeudi à Québec (lire l’encadré). 

Surcharge de l’organisme

Lors d’une canicule, explique la Dre Goupil-Sormany, le corps augmente son métabolisme pour s’adapter à la chaleur en transpirant. La fréquence cardiaque, la respiration et la rétention d’eau augmentent. «Tout ça surcharge l’organisme», dit-elle. 

Isabelle Goupil-Sormany insiste sur la nécessité de donner une pause de chaleur au corps. «Il faut être très prudent, dit-elle. Si on donne deux heures de fraîcheur par jour, le corps se repose et en général, il est capable de ralentir son métabolisme. 

La Direction de la santé publique de la Capitale-Nationale a enclenché son plan de chaleur accablante et suit attentivement la situation dans les urgences, où aucune augmentation n’a été constatée jusqu’à maintenant. 

Du côté du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHU), la porte-parole Lindsay Jacques indique que les consultations ont légèrement augmenté mardi avec la chaleur intense. 

La Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ) constate elle aussi une hausse des transports en ambulance pour des malaises liés à la chaleur, indique le superviseur Jocelyn Garneau. «On a une bonne charge de travail depuis les deux derniers jours», dit-il, tout en précisant que les paramédicaux réussissent à répondre à la demande. 

SIX MORTS À MONTRÉAL 

Six personnes ont perdu la vie à Montréal depuis le début de la vague de chaleur qui persiste dans l’est du Canada.

La directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, a confirmé mardi ces cas de décès attribués à la chaleur. Elle a aussi précisé qu’Urgences-Santé avait fait état d’une hausse de transports ambulanciers dans la région depuis le début de cet épisode de chaleur.

L’organisation de sécurité civile de l’agglomération de Montréal a annoncé l’instauration de mesures visant à assurer le bien-être et la sécurité des citoyens. Une opération de porte-à-porte a été entreprise afin de rejoindre les gens les plus vulnérables et de distribuer des conseils de prévention dans certains secteurs priorisés. Un centre de coordination des mesures d’urgence a aussi été activé afin d’être en mesure de déployer les actions nécessaires en fonction de l’évolution de la situation. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a invité la population à faire preuve de solidarité envers les personnes vulnérables.

Pour sa part, la ministre déléguée à la Santé publique du Québec, Lucie Charlebois, a dit faire confiance aux directions de santé publique dans chacune des régions, qui s’occupent de suivre la situation. Elle a invité les gens à être attentifs aux signes vitaux et à bien bien s’hydrater. Elle a aussi loué les initiatives de municipalités qui ont ouvert leurs piscines plus longtemps pour accommoder la population.

Lundi, des records de chaleur avaient été enregistrés dans de nombreuses régions de la province. Des records ont ainsi été battus dans les régions de Montréal, en Montérégie, en Outaouais, au Saguenay-Lac-Saint-Jean et au Bas-Laurent. Les seules régions épargnées par l’air chaud ont été la Côte-Nord et la Gaspésie.

Deux lignes orageuses violentes ont traversé le Québec lundi soir causant de nombreuses pannes et des dégâts importants. Au plus fort des pannes, près de 163 000 clients étaient privés d’électricité. Hydro-Québec s’attendait à ce que la plupart des clients affectés retrouvent le service au cours de la journée de mardi. Toutefois, certains bris nécessitant d’importants travaux ne pourront être rétablis avant la fin de la journée de mercredi.  La Presse canadienne

+

CHALEUR EXTRÊME JUSQU'À JEUDI

La vague de chaleur qui s’abat sur la région de Québec se poursuivra jusqu’à jeudi. 

La masse d’air chaud et humide responsable de la canicule persistera encore deux jours, selon Environnement Canada. 

Mardi, la température a dépassé les 30 °C durant une bonne partie de la journée. Mais la température ressentie était plus élevée, avec un humidex de 35 °C.  

Environnement Canada a émis un avertissement de chaleur pour Québec. Cet avis est émis lorsque la valeur de l’indice humidex atteint une température ressentie de 40 °C ou plus ou lorsque la température prévue atteint entre 29°C à 40°C, selon l’emplacement.

Mercredi, les valeurs de l’indice humidex atteindront près de 40°C à Québec. Cette chaleur extrême va se maintenir jusqu’à jeudi. 

Vendredi matin, un front froid devrait mettre un terme à la canicule et des orages pourraient frapper la capitale.  Marc Allard