Le chef de l'opposition, Paul Shoiry

Cadres de la Ville de Québec: des bonis trop élevés au goût de l'opposition

L'opposition municipale dénonce à nouveau les bonis et les ajustements salariaux consentis aux cadres de la Ville de Québec. Il y en a pour 1,9 million $ en 2015.
Démocratie Québec a publié dimanche un communiqué de presse annonçant que ses trois représentants au conseil municipal allaient s'opposer à la dépense de 1 910 855 $ devant être approuvée lundi. Le chef Paul Shoiry n'a pas caché qu'il craignait un manque d'attention médiatique puisque ce sera la journée de présentation du budget 2016.
«Je pense que c'est important que la population connaisse les montants parce qu'ils sont extrêmement importants, qu'elle sache aussi que c'est abusif parce qu'il y a quelques années, le maire [Régis] Labeaume a dit : "Je vais augmenter le salaire des cadres pour que graduellement il n'y ait plus de sécurité d'emploi [...] et qu'il n'y ait plus de bonis"», a plaidé M. Shoiry en après-midi. 
Il calcule que les augmentations salariales des hauts fonctionnaires sont «beaucoup plus importantes» que l'inflation. C'est effectivement le cas en prenant pour référence l'année 2010, qui a précédé l'adoption du nouveau mode de rémunération sans sécurité d'emploi, lequel concerne encore une minorité. Depuis 2013, toutefois, la hausse tourne autour de 2 %.
«Ça leur fait des salaires qui sont pas mal plus importants que ce qu'on retrouve dans la société en général et dans la fonction publique», poursuit le conseiller municipal.
Anticipant le budget, M. Shoiry critique déjà le maire Labeaume : «Au même moment où il va augmenter les taxes, il donne des primes de 2 millions $ à des employés-cadres qui sont déjà très, très, très bien payés.»
Un «maximum»
Paul-Christian Nolin, attaché de presse du maire de Québec, a répliqué dimanche soir que Démocratie Québec «s'excite pour rien» : «Le montant des bonis demain ne concerne absolument pas les cadres sans sécurité d'emploi. Le chef de l'opposition, de toute évidence, a l'air d'oublier qu'il en reste, des cadres qui ont leur sécurité d'emploi.»
M. Nolin précise que l'enveloppe qui sera votée demain représente un maximum. Seuls les cadres ayant atteint leurs objectifs recevront leur boni de 2015 au cours des prochaines semaines.
«Il y a bien juste [les membres de] l'opposition, qu'ils soient bons ou qu'ils soient pas bons, qui ramassent quand même leur 600 000 $» [de budget], a laissé tomber le porte-parole du maire.