«Ça fait presque quatre mois et on n’a pas encore eu de rencontre. Oui, nous sommes déçus qu’il n’y ait pas eu de rencontre jusqu’à maintenant», a déploré Gilles Lehouillier lundi.

Bureau du troisième lien: Lehouillier déçu de la lenteur du processus

Au moment d’annoncer la création de son comité directeur sur la mobilité durable, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier a déploré la lenteur du bureau de projet du troisième lien entre Lévis et Québec.

«Ça fait presque quatre mois et on n’a pas encore eu de rencontre. Oui, nous sommes déçus qu’il n’y ait pas eu de rencontre jusqu’à maintenant. On ne nous a pas dit pourquoi c’était le cas», a expliqué le maire en ajoutant qu’il avait fait une demande de rencontre la semaine dernière.

«On sait qu’il y aura une rencontre administrative au début du mois de mai, mais nous, on veut aussi une rencontre avec le comité politique. Le troisième lien demeure un incontournable dans la région même s’il y a amélioration du transport en commun», précise le maire, qui aimerait savoir ce que le bureau de projet entend par «troisième lien» et quels scénarios seront envisagés entre l’île d’Orléans et Saint-Augustin-de-Desmaures.

Le troisième lien est d’ailleurs sans surprise l’un des trois axes sur lesquels se penchera le nouveau comité directeur sur la mobilité durable. Composé uniquement de cadres et d’élus de la Ville de Lévis, le comité sera présidé par le maire et sa directrice sera Marie-Lise Côté, qui quittera son poste de directrice-adjointe au développement du territoire et à la qualité de vie.

Voie axiale

Le comité s’intéressera aussi au futur projet structurant de transport en commun de Lévis et à son interconnexion avec le projet de tramway de Québec ainsi qu’aux différents projets routiers en cours à Lévis.

Comme élément principal de son projet structurant, Lévis envisage une voie axiale pour les autobus sur le boulevard Guillaume-Couture entre la rue Monseigneur-Bourget et le chemin du Sault, un projet qui n’enlèverait aucune voie à l’automobile, jure le maire. Il assure aussi qu’aucune voie ne sera perdue lorsque la route 116 sera transformée en boulevard urbain.

Les études existantes devraient être complétées et les études nouvelles réalisées en 2019 de façon à aller de l’avant avec les plans et devis du projet structurant en 2020 et un début des travaux à l’automne ou au printemps de 2021.

Interconnexion

Pour l’interconnexion avec Québec, tous les scénarios seraient encore sur la table, y compris celui de faire traverser le pont au futur tramway de Québec, une éventualité que le maire de Québec, Régis Labeaume, et le chef du bureau de projet du tramway, Benoît Carrier, avaient pourtant écartée.

«On va regarder les coûts et les bénéfices pour les usagers. Le tramway pourrait traverser à Lévis ou nos autobus articulés pourraient traverser à Québec», a affirmé Gilles Lehouillier, qui croit que les études sur l’interconnexion pourraient être complétées dans un an.

Le maire de Lévis est également préoccupé par l’intégration tarifaire entre le Service des transports de Lévis et le Réseau de transport de la capitale. «On ne peut pas ignorer cela, on ne veut pas payer deux fois, ce qui aurait pour effet d’enlever des usagers», a indiqué le maire, ajoutant que dans un monde parfait, le même tarif s’appliquerait partout sur les deux rives.

+

SOUS-TRAITANT AU QUAI PAQUET

La Ville de Lévis est à la recherche d’un sous-traitant pour l’exploitation et l’entretien des systèmes de jets d’eau du Quai Paquet et a lancé un appel d’offres en ce sens. «Nous n’avons pas de spécialiste à l’interne pour gérer la fontaine et on regarde la meilleure forme pour assurer un entretien efficace. Le plus intéressant semble être de contracter l’entretien parce que ça prend des spécialistes», a expliqué au Soleil le maire Gilles Lehouillier. L’été passé, c’est l’entreprise Soucy Aquatik, qui a réalisé la fontaine et les jets d’eau, qui assurait l’entretien en vertu du contrat de conception et de construction qui lui avait été attribué.

+

CONTRE LA FERMETURE DE L'ARÉNA

Au nom des parents de jeunes hockeyeurs, Sylvain Caya a présenté lundi au conseil municipal de Lévis une pétition de 422 signatures s’opposant à la fermeture de l’aréna de Lévis et son remplacement par le vieil aréna de Saint-Romuald pour l’hiver 2018-2019. La Ville changera le système de réfrigération et la dalle de béton de l’aréna. Déplorant les impacts négatifs sur leurs horaires, les parents réclament que les travaux soient effectués en dehors de la saison de hockey. «On a la chance d’avoir un aréna de réserve», a répliqué le maire Lehouillier, refusant de changer le plan de match et de séparer les travaux. «Splitter les travaux, c’est 600 000 $ à 700 000 $ de plus», a contré le maire, ajoutant que, pour lui, une déplacement de 11 minutes en ville était totalement acceptable.

+

MESURES COMPLÉMENTAIRES

Le comité directeur de mobilité durable de la Ville de Lévis a également l’intention de donner priorité à d’autres mesures complémentaires pour améliorer la fluidité, l’efficacité, le confort et la rapidité du transport en commun. La Ville souhaite ainsi améliorer l’offre en stationnements incitatifs à l’extrémité est de la ville et à la tête des ponts, implanter des feux prioritaires pour les autobus, électrifier les véhicules et implanter la géolocalisation pour les usagers, optimiser les stations et améliorer les correspondances sur l’axe structurant.