Le groupe Genius projette la construction de six condos en lieu et place de l’ancienne boucherie Bégin.

Boucherie Bégin: le comité populaire Saint-Jean-Baptiste opposé au projet de condos

Le comité populaire Saint-Jean-Baptiste comptait faire connaître son opposition, mercredi soir, à la consultation publique visant à permettre au groupe Genius de construire six condos en lieu et place de l’ancienne boucherie Bégin. Pour le regroupement, le projet «est loin de répondre» aux besoins des résidents du quartier.

Dans un communiqué, la porte-parole du comité, Marie-Ève Duchesne, avoue être «très critique» au sujet de la construction de condos dans le secteur, rappelant que la proportion de ces logements offerts en location continue d’augmenter dans la capitale. «Ce n’est pas sans conséquence, cela contribue à exercer une pression inflationniste sur le prix des loyers du marché conventionnel», dénonce-t-elle.

En outre, le comité craint que les nouvelles unités d’habitation se retrouvent offertes en location à une «clientèle de passage» sur la plateforme Airbnb. Le promoteur projetterait d’aller en ce sens, selon une demande de modifications inscrite dans le sommaire décisionnel fourni par la Ville.

«Ses demandes n’ont rien pour nous rassurer ou nous émerveiller devant un tel projet, souligne un autre permanent du comité, Vincent Baillargeon. Déjà, on semble vouloir ouvrir la porte pour du Airbnb, on veut s’exclure du pourcentage de logements pour les familles et on refuse le pourcentage d’aire verte. Voilà une occasion ratée d’accueillir les familles avant les touristes et de participer à améliorer la canopée déjà trop faible du quartier.»

L’ex-boucherie Bégin est au cœur d’un feuilleton qui n’en finit plus. Abandonné depuis plus de cinq ans, l’immeuble avait été acquis par l’homme d’affaires Luc Massicotte qui, confronté à des difficultés financières, l’a vendu dans le courant de l’année au groupe Genius. L’ingénieur associé de la firme, Jean-Michel Munger, avait fait connaître au début du mois son intention de démolir l’édifice à la mi-mars et de construire 10 condos, au lieu des huit autorisés dans le plan de zonage.

Démolir «en attendant»

Le comité populaire Saint-Jean-Baptiste, «conscient des irritants majeurs posés par l’édifice dans son actuel état d’abandon», rappelle qu’«une démolition pourrait être envisagée à court terme par la Ville en attendant de trouver un projet qui répondra davantage à la trame et aux valeurs du quartier».

En juin, le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste avait déposé une pétition de 655 noms au conseil d’arrondissement réclamant «l’expropriation pure et simple» du propriétaire de l’immeuble afin de permettre, en lieu et place, la construction de logements sociaux.