Mélanie Jalbert, Suzanne Lachance, Gaétan Lefebvre et Nicole Massicotte entourent le maire David Christopher.

Beaumont: le maire Christopher crée une équipe

Alors que la bisbille règne depuis plus d'un an au conseil municipal de Beaumont, le maire David Christopher a décidé de former une équipe avec trois des conseillers sortants et trois nouveaux venus, laissant trois conseillers en plan.
«Depuis avril 2016 que je suis là et ça n'a pas de bon sens... Je ne cherche pas nécessairement à m'entourer de gens qui ont les mêmes idées que moi, mais qu'ils partagent au moins ma vision!», a déclaré  M. Christopher en entrevue avec Le Soleil à propos de son équipe qui portera le nom d'Avenir Beaumont.
Les conseillères Nicole Massicote, Suzanne Lachance et le conseiller Donald Mercier se joignent donc à Avenir Beaumont alors que Gaétan Lefebvre, Claude Lemieux et Mélanie Jalbert feront la lutte aux conseillers sortants Diane Simard, Pierre Fontaine et Louise Maranda si ceux-ci décident de solliciter un autre mandat.
Jeudi, Diane Simard, conseillère du district Du Moulin, a affirmé au Soleil qu'elle et ses deux collègues étaient présentement en réflexion quant à leur avenir politique après l'annonce du maire. 
Relations difficiles
Les relations ne sont pas faciles entre le maire Christopher et les trois conseillers qui lui sont opposés. «Passer deux soirées avec des caucus qui durent jusqu'à minuit, c'est assez! Je ne parlerai jamais en mal des trois autres conseillers, mais ils ne sont pas dans la même voie que moi», a enchaîné M. Christopher, qui ne sait pas s'il aura de l'opposition à la mairie.
Le maire dit vouloir «donner aux citoyens des services pour les taxes qu'ils paient» et jure ne «pas faire de vaines promesses coûteuses, mais un engagement à faire autrement» autour de six axes prioritaires, notamment la consolidation du secteur commercial sur la route 132 et la mise en place d'une zone commerciale, industrielle et de haute technologie sur la route 279.
La tension était forte entre les élus de Beaumont depuis le départ du maire André Goulet pour des raisons de santé. Un aspirant à la mairie, Alain Grenier, avait même finalement décidé de ne pas poser sa candidature en raison de la division du conseil en deux clans.
M. Grenier avait aussi demandé la mise en tutelle de la municipalité de 2600 habitants et plus de 700 citoyens avaient aussi apposé leur signature sur une pétition réclamant la démission de tous les élus.