Aux urnes, citoyens!

Le taux de participation à l’élection municipale est plus élevé à Québec que dans bien d’autres villes. Mais encore trop bas comparé à celui des élections provinciales et fédérales. Le président d’élection de la Ville de Québec rappelle l’importance de se rendre aux urnes dans le contexte où les municipalités exercent de plus grands pouvoirs, notamment en matière de transport et de développement économique.

«J’ai le droit de vote au municipal, mais je ne l’ai jamais exercé.» La déclaration parait étonnante de quelqu’un qui promeut l’importance du vote. Évidemment, le greffier de la Ville, aussi président d’élection, n’est pas l’exemple à suivre. Me Sylvain Ouellet s’abstient par éthique professionnelle. «C’est mon devoir d’organiser l’élection de façon neutre et impartiale.» Il est l’exception qui devrait confirmer la règle.

Son souhait est de voir le plus d’électeurs possible se rendre aux urnes. «De tout temps, au municipal, le taux de participation est inférieur. C’est à peine plus d’un électeur sur deux alors que les autres paliers de gouvernement, c’est deux électeurs sur trois», évoque-t-il.

Pourtant, les citoyens ont avantage à exercer leur droit de vote pour décider de questions qui les touchent directement. «C’est le gouvernement le plus près des citoyens. C’est une belle occasion pour eux de définir leur milieu de vie. Les villes exercent de plus en plus de pouvoir, par exemple en transport en commun et en développement économique», illustre-t-il.

Heureux du vote par anticipation

Le fort taux de vote par anticipation de 13,72% enregistré à Québec dimanche dernier confirme la tendance observée depuis les dernières élections. «Au Québec, et particulièrement à Québec, on note une participation grandissante. Les électeurs semblent prêts à faire leur choix une semaine plus tôt», avance-t-il, précisant que la campagne municipale est plus longue de 11 jours que celles au provincial et au fédéral.

Me Ouellet croit aussi que l’assouplissement des règles pour permettre à quiconque de voter à l’avance explique, en grande partie, l’intérêt des gens. Comme si la journée du vote par anticipation avait acquis le même statut que la journée du scrutin. 

En bout de ligne, la popularité du vote par anticipation n’est pas garant d’un taux de participation plus élevé le jour du vote. C’est plutôt un déplacement du vote de gens qui, de toute façon, se rendent aux urnes.

Me Sylvain Ouellet est greffier de la Ville et aussi président d’élection.

***

Un travail de longue haleine

Lorsque l’avis public d’élection est paru le 22 septembre 2017, Me Sylvain Ouellet travaillait depuis déjà deux ans à la préparation du scrutin.

La tenue d’une élection à date fixe aide à sa planification, admet d’entrée de jeu le président d’élection. Ça demeure néanmoins un travail de longue haleine.

La première étape consiste à diviser les districts selon les règles. La loi prévoit qu’un district, sauf exception, ne devrait pas présenter un écart de plus ou moins 15% par rapport au nombre moyen d’électeurs par district. Sachant que la démographie change, que des quartiers émergent et que la Ville accueille bon an mal an 2000 citoyens aptes à voter, il faut s’assurer que l’écart est respecté.

Quand des changements sont nécessaires, il y a des frontières à respecter. «Nous sommes limités par les arrondissements. Il faut aussi tenir compte des bassins topographiques et historiques naturels. Par exemple, on ne peut pas transférer des électeurs de la haute ville vers la basse ville», lance M. Ouellet.

À l’approche de la campagne, les choses s’accélèrent. Il faut diffuser l’information aux citoyens, réviser la liste électorale, faire respecter la loi électorale auprès des partis et candidats inscrits, embaucher et former les 3800 personnes qui travailleront le jour du scrutin, faire l’inventaire des fournitures et des locaux. La liste est longue.

Et le 6 novembre, alors que tout le monde se donnera rendez-vous dans quatre ans, Me Ouellet poursuivra son travail. Entre autres tâches, c’est lui qui autorisera un remboursement de 70% des dépenses électorales admissibles des candidats qui auront obtenu 15% du vote.

***

L'élection en chiffres

410 145 électeurs inscrits

115 bureaux de vote le jour du scrutin

76 lieux de votation le jour du vote par anticipation

4,2 millions $: budget électoral, comprenant le remboursement des dépenses électorales

10$: coût de l’élection par électeur

4200: personnel électoral le jour du vote

***

À savoir pour le vote

Les bureaux de vote sont ouverts de 10h à 20h

Preuve d’identité, au choix:

  • carte d’assurance-maladie
  • permis de conduire
  • passeport canadien
  • carte de statut d’Indien
  • carte des Forces armées canadiennes

*Il est fortement suggéré d’apporter votre carte de rappel du vote

Pour connaître votre bureau de vote, rendez-vous sur le site de la Ville de Québec.