Pendant la phase de construction, la Ville devra couper des arbres, ce qui aura un impact négatif moyen. Mais pour atténuer la perte de canopée, l’administration entend planter de nouveaux arbres et protéger les arbres en bonne santé.

Arbres et milieux humides souffriront de la construction du tramway

Les citoyens de Québec vivront les plus grandes perturbations pendant la phase de construction du tramway, mais les impacts seront positifs pour la ville et les citoyens une fois son implantation, selon le rapport sur les impacts environnementaux du tramway.

Pendant la phase de construction, la Ville devra couper des arbres, ce qui aura un impact négatif moyen. Mais pour atténuer la perte de canopée, l’administration entend planter de nouveaux arbres et protéger les arbres en bonne santé.

«À terme, notre objectif est d’améliorer la canopée et l’espace de végétation qu’il va y avoir le long du tramway», a assuré Rémy Normand, vice-président au comité exécutif et responsable du transport, lundi en marge de la présentation du résultat de l’étude.

Le milieu humide sera également touché avec une perte de 8 % de la superficie de milieux humides dans le secteur chaudière. C’est là que sera implanté le Centre d’exploitation et d’entretien principal. Pour atténuer l’impact écologique, la Ville interdira l’entreposage de matériaux et la circulation de machinerie. Elle établira également une surface protégée autour des arbres à conserver dans les marécages arborescents.

L’arrivée du tramway pourrait également avoir un impact négatif mineur à moyen terme sur la faune. Selon un inventaire, il n’y a aucun troglodyte à bec court ni salamandre à quatre orteils, deux espèces protégées. Mais au cas où il y en aurait, il faudra réaliser les activités de déboisement en dehors des périodes de nidation et de couvée.

Les citoyens devront également intégrer la nouvelle circulation. Il sera entre autres interdit de tourner à gauche et de traverser la plateforme sur plusieurs carrefours le long du parcours. Pendant les travaux, il faudra endurer congestion et détournements.

À LIRE AUSSI : Le tramway entraînera un chamboulement de la circulation automobile

La Ville prévoit aussi 358 expropriations, dont 19 sont des acquisitions totales. La Ville espère s’entendre de gré à gré avec les propriétaires et éviter de recourir à une procédure judiciaire. M. Normand n’a pas souhaité élaborer, mais il promet de donner plus de détails en début d’année.

À surveiller de près

Le tramway traversera plusieurs quartiers centraux. Le boulevard René-Lévesque, dans Montcalm, est considéré comme le secteur qui pourrait subir des impacts négatifs moyens à majeurs. Selon Laurence Goesel, directrice de projet d’AECOM, il faudra favoriser une «insertion douce et harmonieuse» pour préserver la valeur patrimoniale et la canopée.

La Rivière-Saint-Charles, Saint-Roch et Place d’Youville devront également bénéficier d’une insertion qui préservera les caractéristiques intrinsèques. À Place d’Youville, par exemple, il serait judicieux de créer l’entrée du souterrain à la place du terminus d’autobus actuel, a indiqué Mme Goesel.

Le tramway augmentera par ailleurs la valeur foncière des propriétés, mais cet accroissement pourrait avoir des conséquences négatives sur l’accessibilité à la propriété et à des logements abordables. La Ville devra proposer des outils dans la vision de l’habitation en cours d’élaboration et poursuivre l’application du programme Accès Famille.

De nombreux impacts positifs

Pendant la phase de construction, 91 000 tonnes de CO2 seront émises par le transport de matériaux, le déboisement et l’excavation. En 2041, le tramway devrait permettre d’éviter la propagation de 151 000 tonnes de CO2.

D’un point de vue économique, le tramway stimulera l’activité. Les citoyens pourront accéder plus facilement et plus rapidement à leur lieu travail ou d’étude ainsi qu’aux commerces. La ville deviendra attractive, fait valoir le rapport. «En phase d’exploitation, le projet amènera des bénéfices importants et permanents pour la population de Québec», a salué Mme Goesel.

Québec subira une reconfiguration urbaine. L’accessibilité sera améliorée avec des chaussées et des trottoirs neufs. Des espaces publics seront créés.