L'Union des municipalités du Québec estime que l'investissement de 32,5 millions $ du fédéral pour l'anneau de glace soulève des questions sur l'équité entre les municipalités.

Anneau de glace: l'UMQ inquiète de l'arbitrage politique

Le président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), Éric Forest, se montre inquiet à l'idée que des projets d'infrastructures municipales écopent en raison du financement de dernière minute de l'anneau de glace de la capitale.
Le président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), Éric Forest
Le ministre fédéral Denis Lebel a pris plusieurs politiciens par surprise jeudi en annonçant contre toute attente une somme de32,5 millions $ pour l'anneau de glace de Québec, à même le Fonds Chantier Canada de 2007.
Jeudi, la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, s'est montrée suspecte envers cette annonce, craignant que l'investissement de 32,5 millions $ nuise à des projets en branle, comme la phase 3 de l'élargissement de la route 185 dans le Témiscouata.
«C'est sûr que c'est inquiétant», a renchéri au Soleil le président de l'Union des municipalités du Québec, Éric Forest. «Il y a une question de principe et d'équité.»
Il serait malheureux selon Éric Forest de voir des plus petites municipalités subir les contrecoups d'une annonce soudaine de financement d'infrastructure. «Si effectivement c'est le cas qu'on a enlevé à des projets des sommes qui étaient dédiées pour en financer d'autres, peu importe où, il y a un problème de gestion», affirme le maire de Rimouski.
«Est-ce que ça veut dire qu'on est maintenant rendus à faire de l'administration de fonds publics en fonction d'intérêt politique?» se demande le président de l'UMQ. «C'est très inquiétant!»
Le gouvernement fédéral dit avoir puisé dans les réserves du fonds Chantier Canada de 2007 sans nuire au projet de la route 185, le gouvernement provincial n'ayant formulé de demande officielle pour cette infrastructure.
Or, Québec entend bel et bien déposer une demande officielle de financement d'ici la date limite du 31 mars 2014.
Le ministre provincial des Transports, Sylvain Gaudreault, a d'ailleurs écrit une lettre vendredi au ministre fédéral Denis Lebel pour lui rappeler l'importance de cet élargissement. «Pour l'heure, le ministère des Transports considère qu'une composante de la phase 3 (Saint-Antonin à Saint-Louis-du-Ha!-Ha!) du projet de réaménagement de la route 185 en autoroute soit retenue», affirme le ministre.
Sylvain Gaudreault demande donc officiellement à son homologue fédéral de réserver une somme de19,4 millions pour la route 185. Or, Denis Lebel a justement utilisé ce montant de 19,4 millions $ jeudi pour financer l'anneau de glace, estimant que le gouvernement du Québec avait déjà priorité l'anneau des patineurs.
Devant cet imbroglio, le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Jean D'Amour, a dénoncé un échange politique d'un «ridicule consommé». Pour l'élu libéral, «Madame Maltais utilise encore la dispute avec Ottawa comme prétexte pour cacher son inaction», et «c'est la population de ma circonscription qui paye pour cela. La route dans son état actuel est dangereuse.»