Par l'entremise de l'UMQ, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, espère faire pression sur le gouvernement fédéral pour qu'il tienne davantage compte de l'opinion des villes quand vient le temps de réaliser des projets controversés comme celui des silos de granules de bois. 

Anneau de glace à Québec: une insulte aux municipalités, dit Lehouillier

«C'est une insulte aux municipalités!» s'est insurgé jeudi le maire de Lévis, promettant de «brasser la cage» au gouvernement conservateur, qui a privilégié une ville au détriment des autres pour le financement des infrastructures sportives.
«C'est inacceptable.» Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, était furieux jeudi d'apprendre que le ministre de l'Infrastructure, Denis Lebel, venait de dénicher 32,5 millions $ pour l'anneau de glace couvert de Québec et que les autres villes repartaient les mains vides.
«On vient de faire un fast track pour une ville. On essaie de calmer le jeu.» À Lévis, on est en attente de financement fédéral pour un projet de complexe aquatique de 30 millions $ dans l'ouest de la ville.
Rien contre Labeaume
Gilles Lehouillier n'en veut pas à son homologue de Québec, Régis Labeaume. L'anneau de glace couvert, il le sait, bénéficiera à toute la région.
C'est la façon de faire de Denis Lebel et des conservateurs qu'il dénonce. «C'est incroyable quand on pense qu'on a deux députés fédéraux qui sont du bon bord sur le territoire de la ville de Lévis en plus.»
Il a bien l'intention de le faire savoir à Jacques Gourde et à Steven Blaney qui représentent les deux circonscriptions de sa ville. 
«Nos deux députés ont dit publiquement que lors du prochain plan d'infrastructures Canada-Québec, le complexe aquatique allait être dedans. Nous, on aimerait qu'ils livrent la marchandise.»
Cependant, jeudi, le ministre Denis Lebel a réitéré qu'il ne changera pas les règles du futur programme Chantiers Canada pour y inclure des infrastructures sportives et de loisirs malgré les demandes des maires des grandes villes québécoises et canadiennes.  «Le programme a été bâti pendant deux ans. On a transféré certaines des catégories dans la taxe d'accise sur l'essence. C'est du connu, on a doublé la taxe, on l'a indexé», a-t-il dit.
L'Union des municipalités du Québec a choisi de ne pas commenter jeudi cette annonce du ministre.