Par la voix de leur porte-parole, les maires Marcel Corriveau et Émile Loranger ont fait savoir qu'ils seraient allés au comité plénier si la Ville de Québec les avait invités.

Agglomération de Québec: Moreau veut apaiser les tensions

Ouvert à «corriger des choses», le ministre Pierre Moreau veut s'asseoir avec les maires Régis Labeaume, Émile Loranger et Marcel Corriveau pour clarifier le partage de la facture d'agglomération. Mais s'il ne refuse pas l'idée de «discuter», le maire de Québec se dit déjà peu enclin à participer à une telle rencontre qu'il qualifie de «parade».
«On n'est pas dans un scénario où on parle de modifier les territoires des municipalités, a déclaré d'emblée le ministre des Affaires municipales, mercredi. Cependant, on va s'asseoir avec tout le monde. Il y a eu au cours des derniers mois beaucoup de discussions au sujet des quotes-parts. J'ai l'intention de m'asseoir avec les trois maires concernés et voir s'il n'y a pas lieu de corriger des choses.»
La déclaration du ministre survient dans la foulée d'une nouvelle menace des maires de L'Ancienne-Lorette et de Saint-Augustin de quitter l'agglomération. Selon eux, la structure étouffe les municipalités qui en font partie. Le dernier budget de la Ville de Québec montre une hausse des quotes-parts des deux municipalités pour 2015 : 1,8 million $ de plus pour Saint-Augustin (24 millions $ au total) et 600 000 $ de plus pour L'Ancienne-Lorette (15,1 millions $ au total).
«Le partage de l'assiette fiscale peut être fait selon des critères qui permettent à toutes les municipalités de se développer, même à l'intérieur d'une même agglomération, a affirmé le ministre Moreau. [...] On va s'asseoir, on va regarder ça, et je pense qu'on est capable d'arriver à quelque chose d'acceptable.»
Mais la proposition ne trouve pas grâce aux yeux de Régis Labeaume. «On va voir. On a déjà fait un sommet. On a signé une entente. Moi, je vais protéger le budget de la Ville de Québec et je n'ai pas le goût trop trop de faire de parade», a illustré le maire de Québec en marge de l'analyse du budget municipal mercredi midi.
«Je suis intéressé à discuter, mais des sommets, de la parade, moi, je ne suis pas trop là», a-t-il ajouté. 
M. Labeaume a répété qu'il «n'y a pas de surprise» dans la hausse des quotes-parts. «Ce qui arrive là devait arriver. Les gens ont été informés.»
Le ministre Moreau dit vouloir s'assurer que la bonne information circule sur ce qui est pris en considération pour le calcul des quotes-parts. «On est dans une société civilisée, j'imagine qu'on peut tous s'asseoir ensemble», a ajouté le ministre, qui n'a pas encore choisi de formule ou de moment précis pour une rencontre.