Aéroport de Québec: la Ville défendra les 26 personnes mises en demeure [VIDÉO]

Désirant s’assurer que le rapport du Comité de travail sur l’accessibilité aérienne puisse être rendu public, le maire Régis Labeaume a promis que la Ville de Québec assurerait la défense des 26 personnes qui ont reçu des mises en demeure de l’Aéroport de Québec au cours des derniers jours.

«Parmi les 26 personnes qui ont été mises en demeure, il y a quatre employés de la Ville, quatre employés de l’Office du tourisme et des adjointes administratives de petites entreprises de tourisme. L’objectif des mises en demeure était de leur faire peur et ça a réussi. C’est l’objectif des poursuites-bâillon, faire peur au monde. Et dans ces gens-là, il y a des secrétaires, du personnel de soutien, des gens qui n’ont pas les capacités financières de faire face à ça. Ces mises en demeure ne sont pas justifiées, elles ne sont jamais justifiées», a déclaré le maire Labeaume en marge d’une conférence de presse du Réseau de transport de la capitale jeudi.

Personnes visées

Mercredi soir, le comité exécutif avait décidé d’autoriser le Service des affaires juridiques à confier à Me Marc-André Gravel de Gravel, Bernier, Vaillancourt Avocats le mandat de représenter la Ville et les personnes associées au Comité de travail sur l’accessibilité aérienne mises en demeure dans le litige qui les oppose à l’Aéroport de Québec en raison des travaux du Comité et de la rédaction de son rapport intitulé «Plan stratégique 2019-2022 pour l’augmentation de la desserte aérienne à YQB».

Parmi les personnes ayant reçu une mise en demeure, on compte Charles Marceau, directeur des grands projets à la Ville de Québec, Rhonda Rioux, directrice du Service des relations internationales, le directeur général de l’Office du tourisme de Québec André Roy (président du comité) et le pdg du Centre des congrès de Québec, Pierre-Michel Bouchard. 

Le rapport vise à élaborer un plan d’action et de développement économique impliquant l’Aéroport de Québec, les enjeux régionaux et les besoins en matière de transport aérien. Les 17 membres du Comité de travail sur l’accessibilité aérienne et d’autres intervenants ont cependant reçu au cours des derniers jours une mise en demeure leur interdisant de dévoiler le contenu du rapport.

Gaëtan Gagné, président et chef de la direction de l’aéroport, qui partira à la retraite en cours d’année, avait déjà remis en doute la pertinence du Comité, attribuant plutôt la perte des vols à la pénurie de pilotes aux États-Unis. Il avait tout de même offert son aide à la Ville de Québec. Depuis le début de la semaine, deux membres du conseil d’administration de l’aéroport ont remis leur démission après l’envoi des mises en demeure.

Fait et cause

«Nous allons les informer que la Ville de Québec va prendre fait et cause pour eux, que la Ville va les défendre. La Ville de Québec a demandé à des gens de l’éclairer sur la problématique de l’aéroport et ces gens-là sont poursuivis», a repris le maire Labeaume. «Nous ne voulons pas que la peur leur fasse diluer le rapport. On veut que ces gens-là se sentent libres de penser. Toute la population veut avoir l’heure juste, alors on protège ces gens pour s’assurer que le rapport devienne public», a repris le maire, qui a déclaré avoir lu le rapport en entier, mais a indiqué qu’il ne pouvait toujours pas dire quand il serait dévoilé.

«L’aéroport est un organisme sans but lucratif privé, mais, pour nous, c’est un bien public. Les gouvernements ont investi 100 millions $ dans son agrandissement et nous, ce qu’on veut, c’est que ça devienne public», a résumé le maire.