L'école de parachutisme ParaQc a opéré de 2012 à 2014 sur les terrains de l'aérodrome situé sur le chemin Ville-Marie, à Pintendre.

Aérodrome de Pintendre: Lévis reçoit l'appui de Québec pour défendre sa cause

Le gouvernement du Québec a décidé d'appuyer la Ville de Lévis dans son combat contre le parachutisme à l'aérodrome de Pintendre. Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, parle maintenant d'une «cause nationale, pour tous les citoyens du Québec».
La ministre de la Justice et procureure générale du Québec, Stéphanie Vallée, de même que le ministre responsable des Relations canadiennes, Jean-Marc Fournier, ont annoncé lundi qu'ils souhaitaient défendre cette cause devant la Cour d'appel.
Dans un communiqué, les ministres disent vouloir préserver la «cohabitation des compétences municipales, provinciales et fédérales», et défendre les intérêts du Québec. 
Avant le conseil municipal, M. Lehouillier a soutenu ne pas être d'accord avec la Cour supérieure lorsqu'elle déclare que le terrain, les hangars et les usages qui sont faits dans un aérodrome ne sont que l'affaire du gouvernement fédéral.
«Qui applique le Code du bâtiment quand il y a un hangar qui se construit? Personne. Qui émet un permis conforme aux normes de lotissement? Qu'est-ce qu'ils font avec leurs eaux usées? Comment la sécurité incendie peut-elle faire pour intervenir si elle n'a aucune emprise légale?» demande M. Lehouillier. 
Selon lui, il n'y a pas de doute que le dossier va bientôt devenir politique, surtout que «cette primauté insensée des lois fédérales» pourrait avoir des conséquences, sur les oléoducs par exemple.
Le fait que le gouvernement du Québec devienne le principal porteur de ballon dans ce dossier soulage financièrement la Ville de Lévis, qui a déjà dépensé 150 000 $ dans ce conflit depuis 2014. Une demande d'aide financière sera aussi faite à l'Union des municipalités. 
Gaspillage
Éric Lambert, chef du parti Renouveau Lévis, croit que la Ville s'en va droit vers un cul-de-sac en prenant une telle décision. «Ils vont perdre, c'est sûr. C'est sûr qu'ils vont dépenser l'argent des contribuables inutilement encore une fois. Je ne comprends pas qu'on puisse s'acharner comme ça.» 
Celui qui est aussi pilote d'avion dit avoir averti la Ville de Lévis qu'il n'y avait rien à faire. M. Lambert soutient que toutes les municipalités au pays qui ont essayé de casser la juridiction fédérale en matière d'aéronautique ont échoué. 
Ayant reçu plusieurs constats d'infraction municipaux, l'école de parachutisme ParaQc a cessé ses activités en 2014.