La Ville de Québec a mis la main sur un grand terrain inoccupé dans Saint-Sauveur avec l’intention de le «développer» pour «redéfinir» l’ouest du quartier de la Basse-Ville.
La Ville de Québec a mis la main sur un grand terrain inoccupé dans Saint-Sauveur avec l’intention de le «développer» pour «redéfinir» l’ouest du quartier de la Basse-Ville.

Achat par la Ville de Québec d’un terrain contaminé dans St-Sauveur: des citoyens veulent de la verdure et des logements sociaux

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
L’achat par la Ville de Québec d’un terrain de 3,8 hectares dans Saint-Sauveur réjouit le comité des citoyens du quartier qui demande à l’administration municipale d’impliquer les résidents dans l’élaboration d’un projet rassembleur pour l’aménagement du site vierge.

En début de semaine, Le Soleil révélait que la mairie a mis la main sur un grand terrain inoccupé dans Saint-Sauveur avec l’intention de le «développer» pour «redéfinir» l’ouest du quartier de la Basse-Ville. Le lot, vendu 1$ par Hydro-Québec, est cependant pollué; la décontamination pourrait coûter quelque 15 millions $.

Dispendieux, certes. Mais la Ville juge que le potentiel de cet espace gazonné de la rue de Verdun vaut le coût. Tous les détails sont dans l’article publié lundi : La Ville de Québec achète un grand terrain contaminé pour transformer l’ouest de Saint-Sauveur

«Le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur accueille favorablement la nouvelle de l’acquisition du terrain Verdun par la Ville de Québec», lit-on dans un communiqué signé par Guillaume Béliveau Côté, animateur-coordonnateur. Le groupe communautaire espère cependant que les autorités inviteront les gens du coin à mettre la main à la pâte : «Nous nous attendons à ce que la Ville de Québec développe et aménage ce site en collaboration avec les résidents-es et les organismes du quartier, et ce, afin que la collectivité ait une véritable possibilité de façonner son environnement.»

Au téléphone, M. Béliveau Côté poursuit : «On veut que le terrain soit aménagé de façon à répondre aux besoins de la collectivité.»

Au cours de notre échange, il a été question de la hausse des loyers dans le quartier, du manque de logements sociaux, de la pauvreté du couvert végétal, d’îlots de chaleur… Le Comité des citoyens voit donc dans l’acquisition par la Ville du terrain de la rue de Verdun l’occasion de répondre à ces enjeux.

Guillaume Béliveau Côté comprend que l’achat est récent. Et que la Ville devra réaliser de coûteux travaux de décontamination avant de s’attaquer à la renaissance du site industriel. Mais il voudrait que la communauté soit mise à contribution dès le début de la réflexion : «On souhaite que les résidents du secteur, plus largement du quartier, puissent collaborer aux décisions qui vont être prises.»