Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

88,7 millions $ jetés à l’eau… pour de meilleurs services aquatiques [VIDÉO]

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
La Ville de Québec devra investir 88,7 millions $ d’ici 2027 pour offrir des services aquatiques équitables partout, pour tous, notamment dans le secteur nord où elle projette de construire un complexe aquatique.

L’administration municipale a déjà investi en dix ans 62 millions $ pour la construction et la rénovation de nouvelles piscines intérieures comme extérieures et pour la transformation de pataugeoires en jeux d’eaux, devenus la norme.

Chaque secteur, quartier de la Ville, a fait l’objet d’une analyse détaillée selon une liste de barèmes dont la distance des installations, le nombre de jeunes familles, leur profil socioéconomique, le ratio de piscines par habitant, leur taux de fréquentation, etc.

Une première qui a permis de révéler une disparité de l’offre, et surtout, de mieux planifier les investissements pour une desserte plus équitable, explique le conseiller Steeve Verret, responsable des sports à la Ville. 

Le secteur le moins bien desservi est celui du nord de la Ville. L’ouverture d’ici 2023 d’une nouvelle école primaire et d’une école secondaire, totalisant 2000 jeunes, sur les anciens terrains du zoo à Charlesbourg, pourrait être un argument en faveur de la construction d’un complexe aquatique dans le secteur. La Ville réserve 20 millions$ pour ce projet, qui nécessitera une aide gouvernementale. L’emplacement reste à déterminer.

«Ça pourrait être plus élevé comme montant en fonction de l’intérêt du gouvernement. On veut faire rapidement parce qu’on sait que ça va faire la file pour ce genre de projet», explique le maire de Québec, sachant que Lévis a patienté longtemps avant d’obtenir les fonds demandés pour la construction de son complexe.

Au total, c’est 88,7 millions$ que la Ville compte investir dans la construction d’au moins quatre nouvelles piscines en plus de la réparation, de l’agrandissement et de la pose d’un système de chauffage pour d’autres. Elle poursuivra aussi la conversion de pataugeoires en jeux d’eau.

La Ville compte actuellement 21 piscines intérieures, 39 piscines extérieures et 63 jeux d’eau. Parmi les piscines extérieures, onze ont un taux de fréquentation sous la barre des 50 % de leur capacité, tandis que 12 atteignent 100 %. Des données qui convainquent la Ville, non seulement de construire ou d’agrandir des piscines dans les secteurs au maximum de leur capacité, mais d’améliorer certaines installations moins attractives.

«C’est sûr qu’il  y a un peu de rattrapage à faire en fonction du développement de la Ville et de l’installation de nouvelles familles dans divers secteurs», convient Régis Labeaume, ajoutant que la désuétude de certaines installations explique aussi leur faible taux de fréquentation.

Les investissements se feront principalement dans des quartiers qui connaissent un développement immobilier important comme Val-Bélair, Notre-Dame-des-Laurentides et Cap-Rouge, et ceux qui connaissent une densification : Maizerets, Saint-Rodrigue, Lairet et Vieux-Limoilou. 

+

INVESTISSEMENTS PRÉVUS

  • Centre : Vieux-Limoilou, Maizerets, Lairet, Vanier, Duberger-Les Saules, Neufchâtel Est-Lebourgneuf : 15,7 M$ 
  • Sud : Vieux-Québec, Cap-Blanc, Colline Parlementaire, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Roch, Saint-Sauveur, Montcalm, Saint-Sacrement, Sillery, Cité Universitaire : 15,9 M$
  • Est : Trait-Carré, Saint-Rodrigue, des Jésuites, Orsainville, Vieux-Moulin, Bourg-Royal, Vieux-Bourg, Saint-Michel, Laurentides, Chutes-Montmorency : 15,1 M$ 
  • Nord : Val-Bélair, Des Châtels, Loretteville, Saint-Émile, Lac-Saint-Charles, Notre-Dame-des-Laurentides : 31,3 M$ 
  • Ouest : Saint-Louis, Plateau, Pointe-de-Sainte-Foy, Cap-Rouge, de l’Aéroport : 10,7 M$