Au dire du maire Gilles Lehouillier, les rues du Vieux-Lévis ont été négligées pendant trop longtemps.

6 millions $ pour refaire deux rues du Vieux-Lévis

L'administration Lehouillier entend «redonner du lustre» au Vieux-Lévis. Et cela commence par la réfection de ses rues majeures, dont Dorimène-Desjardins et Saint-Louis, qui seront refaites au coût de 6 millions $ juste à temps pour la fin du chantier de la traverse.
Les rues du Vieux-Lévis ont été négligées pendant trop longtemps, juge le maire de Lévis, Gilles Lehouillier. Résultat, un secteur historique qui souffre d'un déficit important en matière d'entretien des infrastructures, et une allure qui laisse à désirer. 
Prenant les grands moyens, la Ville a choisi d'injecter 6 millions $ dans deux rues majeures, Dorimène-Desjardins et Saint-Louis. Pour la première, une portion est d'ailleurs fermée à la circulation dans une direction depuis déjà un an en raison d'un affaissement à la suite de fortes pluies. Elle sera refaite entre Wolf et Saint-Georges. Pour Saint-Louis, on refera la portion située entre la côte du Passage et la rue Saint-Antoine.
Fin à l'automne 2015
Les travaux d'infrastructures souterraines, de voirie, de trottoirs de bordures, d'éclairage et d'aménagements paysagers se feront en deux phases et seront complétés à l'automne 2015, juste à temps pour la fin des travaux plus bas, dans le secteur de la traverse. La Ville a choisi d'investir d'urgence les 6 millions $ nécessaires et espère obtenir de l'aide des autres ordres de gouvernement. On espère aussi une contribution d'Hydro-Québec pour l'enfouissement des fils électriques.
«Enfin, avec la rue Bégin qu'on vient de refaire, notre stratégie dans le Vieux-Lévis, c'est d'avoir des infrastructures bien entretenues dans le secteur traditionnel. Ce qui n'est pas le cas parce que si vous vous promenez sur la rue Saint-Louis, vous avez besoin d'avoir une bonne suspension. [...] L'image d'une ville, ça passe d'abord par ce qu'on voit quand on y entre», a plaidé le maire.
M. Lehouillier annonce aussi qu'un premier programme particulier d'urbanisme sera instauré à l'automne pour le secteur historique. «Il y a eu une tentative en 2001 d'en implanter un, mais ça n'a pas fonctionné. Maintenant, on va revenir à la charge.» Cela permettra de se donner une vision d'ensemble du secteur et des règlements qui s'y appliquent.