Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des données récoltées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) montrent qu’un tiers des Québécois admettent des «petites tricheries» plus ou moins importantes aux consignes sanitaires en vigueur dans leur région.  
Des données récoltées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) montrent qu’un tiers des Québécois admettent des «petites tricheries» plus ou moins importantes aux consignes sanitaires en vigueur dans leur région.  

69 cas à Québec: la perception du «pire est derrière nous» inquiète la Santé publique régionale

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Devant le plus lourd bilan enregistré dans la région de Québec depuis la fin janvier, la Santé publique régionale se dit «préoccupée» par la perception populaire voulant que «le pire soit derrière nous».  

La semaine dernière, la Capitale-Nationale notait en moyenne 40 nouveaux cas par jour. Des sommets d’une cinquantaine avaient alors été atteints.  

Pour observer un bilan semblable à celui de mercredi, où 69 nouveaux cas de COVID-19 se sont ajoutés en 24 heures, il faut remonter jusqu’à la fin janvier.  

«Toutes les Directions de santé publique du Québec se préparent à l’arrivée d’une troisième vague, nous ne sommes donc pas surpris de voir le nombre de cas positifs grimper», écrit le porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale Mathieu Boivin. 

«Petites tricheries» 

Des données récoltées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) montrent qu’un tiers des Québécois admettent des «petites tricheries» plus ou moins importantes aux consignes sanitaires en vigueur dans leur région.  

«Nous sommes préoccupés par la perception populaire voulant que “le pire soit derrière nous” qui semble s’installer», observe le porte-parole du CIUSSS. Selon lui, cette tendance pourrait fournir à certains un «confort moral» pour baisser la garde et ainsi s’autoriser des comportements qui «augmentent le risque de contagion». 

Dans l’attente que la vaccination protège une partie vulnérable de la population, les mesures sanitaires devraient être appliquées «rigoureusement», rappelle Mathieu Boivin.  

La majorité des nouvelles infections enregistrées dans la Capitale-Nationale sont «communautaires», explique-t-il en se basant sur les enquêtes menées par les équipes de la santé publique. «[Ils] produisent davantage de cas contacts à risque plus élevé : les dépistages qui en découlent révèlent, conséquemment, davantage de cas positifs.» 

Il faudra toutefois voir si ce bond se maintiendra dans les jours à venir ou encore si la tendance reviendra à la baisse.  

Une chose reste certaine, les cas présumés de variants se répandent de plus en plus dans la région. Considérés comme étant de 40 % à 80 % plus contagieux, les variants vont supplanter la souche originale, une réalité «prévisible» selon la Direction régionale de santé publique.  

Pour l’instant, 26 cas confirmés de la souche britannique ont été détectés, mais plus de 300 font l’objet d’une analyse pour en déterminer la provenance.  

Dans la Capitale-Nationale, un total de 23 324 personnes ont été infectées par le virus de la COVID-19 depuis le mois de mars 2020. De ce nombre, 1009 en sont décédées, une statistique qui est demeurée stable depuis la veille. 

Contrairement à sa voisine, Chaudière-Appalaches enregistrait une légère baisse de ses nouvelles infections dans son plus récent bilan.  

La région rapportait 25 cas mercredi, alors qu’elle en dénombrait 33, mardi. Il s’agissait alors de sa plus forte hausse quotidienne depuis la mi-février. Au début mars, moins d’une dizaine d’infections se confirmaient chaque jour. 

Le cap des 12 000 cas confirmés a été franchi, avec 12 011 personnes contaminées dans la dernière année sur le territoire. Les victimes se comptent pour leur part au nombre de 288. 

Aucun cas de variant n’a été confirmés en Chaudière-Appalaches, mais 120 échantillons présomptifs sont encore en cours de séquençage. 

EN BREF 

Capitale-Nationale 

  • 69 nouveaux cas confirmés, pour un total de 23 324 depuis le début de la pandémie 
  • 1009 décès (+0) 
  • 48 personnes hospitalisées (+4), dont huit aux soins intensifs (+1) 
  • 21 868 personnes rétablies 
  • 447 cas actifs 
  • 40 éclosions actives 
  • 78 452 doses du vaccin administrées (+1575) 

 Chaudière-Appalaches

  • 25 nouveaux cas confirmés, pour un total de 12 011 depuis le début de la pandémie 
  • 288 décès (+0) 
  • Cinq personnes hospitalisées (-1), dont trois aux soins intensifs (+1) 
  • 11 563 personnes rétablies 
  • 166 cas actifs 
  • 18 éclosions actives 
  • 42 085 doses du vaccin administrées (+1689)