Le ministre des Transports, François Bonnardel (au centre), a procédé lundi à l’annonce d’investissements de près de 534 millions $ accordés pour la réalisation de 103 projets dans la région de la Capitale-Nationale, pour cet été et l’an prochain.

534 millions en transports d’ici 2022 dans la Capitale-Nationale

«Vous dire demain matin que les automobilistes ne verront pas de cônes orange, c’est faux», a avoué le ministre des Transports, François Bonnardel, lors de l’annonce des investissements régionaux dans la Capitale-Nationale. En tout, près de 534 millions $ seront accordés pour la réalisation de 103 projets dans la région de la Capitale-Nationale d’ici 2022.

Le ministère des Transports bouclait la boucle des annonces d’investissements routiers, ferroviaires et aéroportuaires 2020-2022 avec celle concernant la Capitale-­Nationale, lundi après-midi.

Au Québec, les montants atteindront 5,4 milliards $ pour cet été et l’an prochain, une «somme record» pour la province depuis les cinq dernières années. Des investissements représentant un demi-­milliard de plus que l’an passé. 

Presque l’entièreté des montants sera destinée au réseau routier, avec 3,5 milliards $ dédiés au maintien des actifs et 1,6 milliard $ à l’amélioration ou au développement du réseau, pour pallier les «sous-investissements réalisés dans les 10 ou 15 dernières années», selon le ministre Bonnardel. 

«On a besoin d’un coup de barre additionnel dans les prochaines années», a-t-il affirmé, soutenant qu’il y aura «énormément de travaux» dans les années à venir et les dépenses en infrastructures de transports seront «colossales», non seulement en transport collectif, mais surtout en maintien. 

Capitale-Nationale 

Entre autres, la réfection du pont sur l’autoroute Laurentienne Nord est à prévoir. Il s’agit de prolonger la durée de vie utile de la structure surplombant la rivière Saint-Charles. Malgré que l’embouchure nord du nouveau tunnel interrives pourrait donner dans ce secteur de l’autoroute qui pourrait être transformée en boulevard urbain, M. Bonnardel a mentionné que «ça ne change pas la programmation comme telle pour cette structure». 

En matière de transport collectif, le ministre a démontré sa volonté de soutenir les investissements en mobilité durable, sans toutefois cacher que le défi actuel est de «maintenir en bon état les infrastructures routières locales. Ainsi, le chantier de l’autoroute Henri-IV figure toujours parmi les projets d’envergure pour les années à venir. L’élargissement et la réfection de l’autoroute entre l’autoroute Charest et l’avenue Chauveau font partie des prochaines étapes pour lesquelles plus de 50 millions $ seront octroyés par le gouvernement du Québec.

Même s’il ne fait pas partie de la planification 2020-2022, le projet de tramway de la Ville de Québec a fait partie des discussions, alors que le ministre s’est prononcé sur le réseau de transport structurant, où des travaux seront à prévoir pendant cinq ans. «Que ce soit à Québec, à Montréal ou peu importe, quand on fait des gros projets comme celui-ci, il y a des inconvénients pour tout le monde, a justifié M. Bonnardel. «C’est le projet au Québec pour les prochaines années». 

Chaudière-Appalaches

Pour la même période, le gouvernement accordera 354 millions $ pour la réalisation de 144 projets dans la région de la Chaudière-Appalaches. Parmi les plus importants investissements, la poursuite des travaux de réparation et d’entretien du pont Pierre-Laporte, dont de l’asphaltage prévu d’ici 2022 et l’installation d’éléments de sécurité. La charpente du pont sera aussi réparée et un travail de peinture sera réalisé, moyennant des investissements entre 25 millions $ et 50 millions $.  

Plus de 180 millions $ seront consacrés à l’entretien ou à la réfection de l’état des chaussées et près de 84 millions $ sont prévus d’être alloués aux structures. Des sommes de 51,6 millions $ seront investies dans le réseau routier pour appliquer des recommandations du Bureau du coroner. 

La Coalition avenir Québec doit dévoiler son budget ce mardi.