La transformation du Pavillon du commerce en marché public doit débuter en cours d'année en vue d'une ouverture à l'automne 2018.

34 entreprises intéressées par le Grand Marché à ExpoCité

La marmite bouillonne. Trente-quatre projets d'entreprises agroalimentaires ont été soumis en réponse à la dizaine d'appels de propositions lancés pour le Grand Marché de Québec, qui ouvrira à ExpoCité à l'automne 2018.
Les intéressés avaient jusqu'à lundi 16h pour déposer leur dossier, mais des problèmes informatiques ont repoussé la limite à mercredi midi.
Une heure plus tard, le directeur général de la Coopérative des horticulteurs de Québec poussait un grand soupir de contentement. «C'est vraiment exceptionnel. Imaginez, 34 entreprises qui croient au projet et qui sont prêtes à investir des sous pour être présentes. On est très satisfaits, c'est au-delà de nos espérances», s'est réjoui Daniel Tremblay lors d'une entrevue téléphonique avec Le Soleil
La coopérative, qui rassemble les marchands du marché public du Vieux-Port et gérera les futures installations d'ExpoCité, avait lancé le 18 janvier dix appels de propositions pour autant de commerces : boucherie, boucherie spécialisée, boulangerie, pâtisserie, chocolaterie et glacerie, quincaillerie de cuisine et librairie gourmande, microbrasserie, brûlerie, détaillant de bières québécoises, et plus largement «autres concepts». 
M. Tremblay ne peut dire encore quelles catégories ont suscité le plus d'intérêt puisque les enveloppes seront ouvertes seulement la semaine prochaine pour analyse. Un comité de sélection composé de cinq personnes (membres de la coopérative, représentants de la Ville de Québec et d'organismes agroalimentaires régionaux) épluchera les dossiers et accordera des points pour chacun des critères énumérés dans les documents d'appels d'offres. Les projets retenus seront annoncés vers la fin mars ou le début avril. 
Une vingtaine de stands permanents sont planifiés au Grand Marché. La superficie proposée est de 300 pieds carrés et représente une dépense de 21 000 $ par année. S'ajouteront une trentaine d'espaces commerciaux fermés et 80 à 90 étals saisonniers. 
«Après cette analyse, l'offre permanente va être couverte», indique le dg de la coop. Il restera à recruter des producteurs agricoles et artisans pour compléter l'offre saisonnière. Dans tous les cas, les locataires actuels du marché du Vieux-Port souhaitant déménager passent avant les nouveaux venus. 
Selon M. Tremblay, l'intérêt manifesté par les commerçants pour le Grand Marché fera taire les critiques du changement de site. «Je pense que ça va mettre un terme à la saga. C'est sûr que les opposants vont continuer à s'opposer, mais à ce moment-là, ils le feront pour des intérêts personnels ou des ambitions politiques. Mais je pense que ça démontre très bien qu'on est sur la bonne voie, que c'est un projet rassembleur et qui suscite l'intérêt», conclut-il. 
La transformation du Pavillon du commerce en marché public doit débuter en cours d'année en vue d'une ouverture à l'automne 2018. L'administration Labeaume a réservé un budget de 20 millions $ pour les travaux.