Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Entre 2015 et 2019, des négociations avec Espaces d’initiatives avait laissé l’église Saint-Charles-de-Limoilou dans une zone grise financière «très difficile».
Entre 2015 et 2019, des négociations avec Espaces d’initiatives avait laissé l’église Saint-Charles-de-Limoilou dans une zone grise financière «très difficile».

2,3 M$ pour revaloriser l’église Saint-Charles-de-Limoilou [PHOTOS]

Marie-Soleil Brault
Marie-Soleil Brault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
L’église Saint-Charles-de-Limoilou sera rénovée. La paroisse de Limoilou et le nouveau locataire, Machine de Cirque, ont obtenu une subvention de 2,3 millions $ pour préserver le patrimoine de ce bâtiment vieux de 124 ans.

Ce montant permettra de commencer les travaux de réfection des clochers et de la façade qui débuteront au printemps 2022. «Ce qui est vraiment important c’est de préserver la façade pour qu’elle garde la même image qu’elle a dans le quartier», souligne Diane Dupuis, directrice générale de la paroisse de Limoilou depuis 2018. 

Cette subvention, qui provient de l’Entente de développement culturel entre le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Québec, n’est que le premier coup de marteau pour conserver l’église, désacralisée depuis 2012. 

Mme Dupuis estime que 7,4 millions $ seront nécessaires pour finaliser les travaux intérieurs et extérieurs. «Nous allons refaire d’autres demandes de subventions pour les fenêtres, le toit, les sorties de secours et les portes. Il y a beaucoup de choses à faire pour vraiment mettre le bâtiment aux normes.»

Une saga de quatre ans

Entre 2015 et 2019, des négociations avec Espaces d’initiatives avait laissé l’église Saint-Charles-de-Limoilou dans une zone grise financière «très difficile». L’organisme, qui devait reprendre possession de la gestion du bâtiment à partir de 2020, ne pouvait finalement assumer les frais d’entretien, qui peuvent varier entre 80 000 et 100 000$ par années. Que l’église soit ouverte ou fermée. 

Diane Dupuis a décidé à ce moment de «tirer sur la plug» et de regarder d’autres pistes de solutions puisque la préservation du patrimoine culturel et de la vocation communautaire de l’église Saint-Charles-de-Limoilou était «prioritaire et non négociable». L’entreprise de Québec Machine de Cirque est alors arrivée dans le décor. 

«À partir du moment où Machine de Cirque nous a approché, ça n’a même pas pris deux mois que nous avions déjà signé une entente de trois ans avec eux. C’est une bénédiction de les avoir eus sur notre chemin», reconnaît Diane Dupuis. L’entreprise de cirque aimerait acheter l’église par la suite, confirme-t-elle. 

Une première étape de compléter pour assurer la survie du site patrimonial. 

Préserver l’histoire de Limoilou

La directrice générale fait valoir l’importance de préserver les lieux patrimoniaux, comme l’église Saint-Charles-de-Limoilou, puisqu’ils «reflètent notre histoire et notre richesse». À Limoilou, «c’est important de préserver tout ça. Oui, malheureusement, il y a une décroissance dans les fidèles, mais il y a quand même moyen de penser à l’extérieur de la boîte et de trouver des façons pour requalifier les églises sans qu’elles ne perdent leur cachet patrimonial.»

Une requalification que la compagnie Machine de Cirque a prise au sérieux, selon Mme Dupuis. «On voit le sérieux de l’entreprise juste dans les investissements qu’ils font à l’intérieur de l’église. Ils ont fait beaucoup de travaux et ils ne nous ont même pas demandé de frais pour compenser. Ils ont des solutions à tout et ils trouvent des façons de travailler extraordinaires.» 

Des futures campagnes de financement

«Le montant de la subvention ne couvre pas tous les travaux au complet. Alors, c’est sûr que nous devons aller chercher un montant pour compenser», souligne Diane Dupuis, qui ajoute que les églises de la paroisse de Limoilou ont perdu près de 68% de leurs revenus l’an dernier, dû à la pandémie. 

Pour suppléer au besoin monétaire de la revitalisation de l’église, Machine de Cirque prévoit organiser une campagne majeure de financement cet automne. Cette dernière pourrait être faite conjointement avec la paroisse de Limoilou. «La Fabrique et la paroisse de Limoilou ont besoin de faire des collectes de fonds pour elles-mêmes», note Mme Dupuis. «Alors, ça se pourrait que nous fassions des campagnes de financement conjointes pour nous entraider [avec Machine de Cirque] au lieu de solliciter les mêmes personnes à plusieurs reprises.»

La pénurie de main-d'œuvre touche aussi les églises

Le printemps 2022 sera occupé pour la paroisse de Limoilou. L’église Saint-Fidèle a aussi reçu une subvention pour refaire son clocher et son parvis. Néanmoins, les travaux auraient dû débuter au mois de juin dernier. Ce qui n’est pas le cas. 

Le manque de soumissionnaires et d’employés ainsi que la pénurie de bois et d’acier ont empêché le début des travaux. 

L’église de la 4e avenue devra attendre en même temps que celle de la 8e avenue pour se refaire une beauté.