Au cours des derniers jours, historiens, organismes et élus de tous les ordres de gouvernement ont dit souhaiter que soit honorée la mémoire de ceux qui ont perdu la vie dans la construction du pont patrimonial.

100 ans du pont de Québec: mémorial et fête «simple», dit Labeaume

S'il n'en tient qu'à Régis Labeaume, il y aura bel et bien un mémorial pour le centenaire du pont de Québec. Mais le maire de Québec réitère qu'il n'a pas envie de voir une «tombola» ou un «Festival du pont».
«Il faut faire un geste symbolique», a dit le maire de Québec en évoquant une fête «en simplicité et en dignité». 
«On est en train de penser à quelque chose, mais je ne pense pas à des grandes festivités», a-t-il spécifié en marge d'une annonce à l'Arpidrome de Charlesbourg jeudi.
Le ton était plus posé que sa sortie de cette semaine où il avait littéralement fermé la porte à des célébrations devant le refus du propriétaire, le Canadien National, de financer un projet d'oeuvre d'art en guise de mémorial pour les 89 travailleurs décédés pendant la construction du pont. Mardi, le CN n'a pas changé sa position sur le financement d'un mémorial, mais s'est dit ouvert à fournir une «assistance technique» et un «accès au pont» aux organisateurs d'éventuelles activités de commémoration.
Quant au mémorial, Régis Labeaume a évoqué jeudi la possibilité de le payer. «On va s'en occuper nous-mêmes», a-t-il lancé. «Je ne peux pas pousser notre luck. Le CN dit: "Oui, on est disponible". Mais j'ai pas envie de quêter le CN.»
Au fil des derniers jours, historiens, organismes et élus de tous les ordres de gouvernement ont dit souhaiter que soit honorée la mémoire de ceux qui ont perdu la vie dans la construction du pont patrimonial. Des organismes externes aux villes de Québec et Lévis pourraient vouloir organiser une journée spéciale cet été ou cet automne. «Il y a plein d'organismes, mais ils n'ont pas d'argent. Ils vont venir voir la Ville pour avoir de l'argent», a  déploré M. Labeaume en décochant une nouvelle flèche au CN. «On aurait pu aller plus loin si le CN avait été d'emblée plus collaborateur», a lancé Régis Labeaume.
Le maire de Québec a aussi invoqué, parmi les raisons pour une fête plus simple, le 150e anniversaire de la Confédération et la tenue des Grands voiliers. «On a beaucoup d'ouvrage sur le 150e avec 40 navires qui s'en viennent. On a beaucoup de travail alors on va faire quelque chose de simple et digne, mais on n'a pas besoin d'avoir une tombola. Je pense que ce n'est pas nécessaire.»