Un officier de police incite des migrants à se mettre en file afin de s'inscrire dans un centre de réfugiés en Serbie. Les réfugiés affluent par dizaines de milliers depuis les attentats de Paris de crainte que l'Europe leur ferme les portes, un passeport syrien ayant été retrouvé parmi les assaillants.

La bataille des pétitions sur l'accueil de réfugiés enflamme le web

Les pétitions lancées en fin de semaine, l'une s'opposant à l'arrivée de réfugiés syriens au Canada, l'autre leur souhaitant la bienvenue, ont continué d'enflammer le web lundi, au rythme de plusieurs centaines de signataires à l'heure.
La première, mise en ligne samedi par un résident de Québec, avait déjà recueilli 67 048 appuis lundi soir à 23h. Au même moment, la seconde mise en ligne dimanche enregistrait 39 706 noms. Dimanche en soirée, elles en avaient respectivement 45 000 et 13 000.
C'est dire à quel point le sujet interpelle les citoyens. Le Soleil a observé que le rythme pouvait atteindre jusqu'à plusieurs centaines de nouveaux pétitionnaires au quart d'heure.
Raynald Cloutier, auteur de la pétition intitulée «Non à l'immigration des 25 000 réfugiés», évoque des questions de sécurité nationale pour contrer l'objectif du gouvernement de Justin Trudeau d'accueillir 25 000 migrants d'ici la fin de l'année. Il craint que des djihadistes s'infiltrent parmi les réfugiés. M. Cloutier soutient que le délai proposé est trop court et que suspendre les procédures d'accueil permettrait de prendre un moment de recul à la suite des attentats de Paris, qui ont fait 129 morts.
À l'autre bout du spectre, la pétition «Oui aux réfugiés syriens au Canada : l'arrivée des 25 000 réfugiés syriens en sol canadien» qualifie l'initiative de M. Coutier «d'ignoble pétition inhumaine et xénophobe».