Des employés s’affairaient à placarder les fenêtres et vitrines des immeubles du Vieux-Québec, mardi.

Khadir bloque une motion qui rembourserait les commerces

Québec solidaire a bloqué mardi une motion de l’Assemblée nationale exigeant que le gouvernement fédéral offre une pleine compensation aux commerçants de Québec et de Charlevoix victimes de vandalisme lors du G7.

Le député Amir Khadir explique qu’il condamne les casseurs et est d’accord avec le principe de rembourser les commerçants, si ceux-ci subissent des pertes financières. Il en a plutôt contre la dernière phrase de la motion écrite par la Coalition avenir Québec, qui indique que l’Assemblée nationale «dénonce tout recours au vandalisme et à la désobéissance civile lors de manifestations». 

Pour M. Khadir, le CAQ fait des amalgames. «La désobéissance civile est un acte non violent», plaide-t-il, en donnant l’exemple des mouvements populaires comme celui de Martin Luther King. 

M. Khadir a tenté de faire ajouter dans la motion une référence aux dégâts matériels qui pourraient être causés par les forces policières, ce qui n’a pas été accepté par la CAQ. 

Le député Éric Caire, qui a présenté la motion, croit que le gouvernement fédéral doit rembourser les victimes de vandalisme, au lieu de leur demander de faire des réclamations à leurs assurances. «Je peux pas croire que le gouvernement fédéral peut pas assumer ses responsabilités et indemniser les gens.»

Le premier ministre Philippe Couillard a également eu un mot de soutien pour les gens d’affaires. «Les commerçants, s’ils ont des dommages, on va être avec eux après. On disparaîtra pas nous autres après le G7. On va s’occuper d’eux et d’elles en souhaitant qu’il y ait le moins de dégâts possible.»

Le premier ministre indique que ce sera au gouvernement fédéral de régler facture, mais que son gouvernement pourra jouer un rôle de soutien, pour «faciliter les choses» pour les commerçants.