Kathleen Paré dirige les destinées de la Marina du Port de Québec depuis 2002.

Kathleen Paré: au service des plaisanciers

PRÉSENTATION: Lauréate : Kathleen Paré, directrice générale de la Marina du Port de Québec

Occasion: La Marina du Port de Québec a reçu le Nautique d’or de l’Association maritime du Québec comme marina par excellence pour la qualité de ses installations et les services aux plaisanciers.

Même si elle est très visible entre les rues Abraham-Martin et Saint-André, et qu’on y voit beaucoup de bateaux de plaisance, peu de gens en dehors des plaisanciers connaissent le fonctionnement de l’organisation de la Marina du Port de Québec.

L’été, c’est une ruche de 25 personnes qui fonctionne 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Chaque année, les 415 places des pontons de la marina sont occupées par un peu plus de 300 membres et par plus de 1000 visiteurs venus admirer Québec.

Kathleen Paré dirige les destinées de la Marina depuis 2002. Elle rappelle que l’endroit a été créé en 1984 par la Société du Vieux-Port de Québec pour la venue des Grands Voiliers. Mais, depuis 1987, la Marina est sous la responsabilité du Port de Québec comme division autonome, c’est-à-dire qu’elle doit faire ses frais.

Se refaire une beauté

Au cours des dernières années, la Marina s’est refait une beauté et s’est engagée dans une mission de conscientisation environnementale tout en jouant son rôle comme vecteur touristique. Ce sont d’ailleurs ces efforts qui ont été reconnus par le Nautique d’or de l’Association maritime du Québec.

«Ce sont des efforts financiers importants et un gros travail d’équipe», souligne Mme Paré qui est au services des plaisanciers. Les nouveaux pontons qui comprennent les nouvelles installations électriques, l’approvisionnement en eau potable et la gestion des eaux usées ont exigé des investissements de 5 millions $. «Nous avions des rénovations à faire et des mises à niveau de nos équipements pour correspondre à notre vision de développement pour les prochaines années», précise Mme Paré.

La qualité des infrastructures, la qualité des services, la formation des employés, les préoccupations environnementales et l’engagement de la marina dans l’industrie maritime avaient leur poids dans la balance pour l’obtention des honneurs. «C’est un petit village à gérer, continue Mme Paré. Avec plus de 400 places et trois ou quatre occupants par bateau de plaisance, ça fait beaucoup de monde à servir.»

Un village à gérer

«Québec est une ville maritime, mais ce n’est pas ancré dans les mœurs et dans la culture comme en Europe. Cependant, lorsque des touristes arrivent ici, ils sont conquis et ils reviennent parce qu’ils trouvent l’accueil chaleureux. Ils adorent l’environnement.» Et c’est un apport économique non négligeable pour la ville, car les plaisanciers se rendent dans les restaurants et participent aux activités culturelles. Certains réservent leur place pour le Festival d’été de Québec.

Les plaisanciers viennent d’ailleurs au Québec, c’est certain. Bon nombre d’entre eux viennent de l’Ontario et des États-Unis. Par exemple, pour le Rendez-vous naval de l’an dernier, des gens avaient réservé leur place au bassin Louise depuis deux ans.

Si la moyenne des plaisanciers possède des embarcations variant entre 30 et 40 pieds, des visiteurs arrivent avec des yachts de 100 pieds ou plus, des embarcations de prestige et de grand luxe valant plus de 100 millions $ comme on en voit dans les grands ports internationaux.

«Lorsque ces yachts accostent ici, bien des gens voudraient savoir à qui ils appartiennent. Nous ne le savons pas, car nos contacts se font avec les capitaines ou avec les agents maritimes», raconte Mme Paré.

Avec son équipe, la directrice, qui travaille pour le Port de Québec depuis une vingtaine d’années, continue ses efforts de promotion touristique tout en mettant sur pied des activités propres à la Marina. «Ce sont des efforts constants de toute une équipe», rappelle-t-elle.