Karim Ouellet a retardé la sortie de son troisième album, Trente, car il était insatisfait du résultat. «Il y avait deux ou trois chansons que je n'aimais pas, que je ne détestais pas non plus, mais qui ne me faisaient rien. Je les ai mises de côté», explique-t-il.

Karim Ouellet dénonce la montée de l'extrême droite à Québec

L'artiste Karim Ouellet y est allé samedi d'une attaque en règle contre les mouvements d'extrême droite, à la veille de la manifestation anti-immigration illégale qui se tiendra dimanche dans sa ville d'adoption.
«J'habite à Québec. Des groupes d'extrême droite manifesteront dans ma ville demain. Éduquez vos enfants. Lâchez les ostis de radios poubelles. Arrêtons de poster des selfies, des niaiseries et d'essayer d'avoir l'air beaux deux secondes», peut-on lire sur la page Facebook de l'auteur-compositeur-interprète.
«On vit une montée de l'extrême droite au Québec ces temps-ci. Les racistes n'ont même plus honte. Les misogynes n'ont même plus honte. Les homophobes n'ont même plus honte», ajoute-t-il, les qualifiant de «tristes pantins influençables».
«Je n'ai pas oublié le visage de mon père. Je n'ai pas oublié le visage de ma mère. Mes parents sont blancs. Je suis noir. On se câliss de ça nous autres. La haine n'a créé que des problèmes en ce monde, elle n'en a réglé aucun.»
Né à Dakar, au Sénégal, Karim Ouellet a été adopté par des parents québécois. Il a vécu au Canada, au Sénégal, au Rwanda et en Tunisie avant de s'installer à Québec.