Les libéraux ont exhorté les électeurs progressistes à se rallier à leur parti, car «il est le seul qui peut empêcher le chef conservateur Andrew Scheer de devenir premier ministre.»

Justin Trudeau lance un appel aux électeurs progressistes

VANCOUVER — Le chef libéral Justin Trudeau a rencontré des électeurs de la Colombie-Britannique lors de la dernière journée de la campagne électorale, et il a notamment souligné la nécessité du travail des bénévoles sur le terrain pour «faire sortir le vote».

«Il est toujours important que les gens sortent et votent. Nous avons une grande démocratie et nous devons nous assurer d'y participer», a déclaré Justin Trudeau lors de sa visite au bureau de campagne de Patrick Weiler, candidat libéral de la circonscription West Vancouver-Sunshine Coast-Sea to Sky Country.

«Nous ne tenons rien pour acquis», a déclaré le chef libéral dimanche.

Les libéraux ont exhorté les électeurs progressistes à se rallier à leur parti, car «il est le seul qui peut empêcher le chef conservateur Andrew Scheer de devenir premier ministre.»

Blanchet et la souveraineté

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a prononcé un discours samedi soir à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec, où il a évoqué la souveraineté.

Yves-François Blanchet a rappelé les souvenirs d'anciens premiers ministres du Parti québécois, René Lévesque et Jacques Parizeau, qui ont organisé des référendums sur la souveraineté du Québec lors de votes référendaires infructueux en 1980 et 1995, respectivement.

Pierre Elliott Trudeau, le père de l'actuel chef libéral, était premier ministre du pays en 1980.

Dimanche matin, Justin Trudeau a saisi l'occasion de s'en prendre à ses rivaux de l'autre côté du pays, suggérant que Yves-François Blanchet plaidait davantage pour la souveraineté que pour la lutte contre le changement climatique.

«Les Canadiens doivent s'unir, a déclaré Justin Trudeau dans un discours prononcé devant une boulangerie à Port Moody, en Colombie-Britannique. Nous avons reçu un rappel très clair de cela hier soir au Québec, lorsque le Bloc québécois a déclaré que sa priorité numéro un était la séparation. Ce n'est pas la lutte au changement climatique, ce n'est pas de lutter contre les coupes conservatrices, c'est de préparer la souveraineté du Québec.»

AbonnezvousBarometre

Avant son discours à Port Moody, Justin Trudeau a fait un arrêt à West Vancouver-Sunshine Coast-Sea to Sky Country.

Élue en 2015, Pamela Goldsmith-Jones, qui a décidé de ne pas se représenter, a rappelé que la circonscription était convoitée autant par les libéraux, les conservateurs, les néo-démocrates que les verts. Selon elle, sa victoire de 2015 était le fruit d'une coalition d'électeurs progressistes qui ont jeté leur dévolu sur les libéraux.

Un journaliste lui a demandé ce que représenterait une défaite libérale dans cette circonscription.

«Cela pourrait symboliser ce que nous constatons à travers le pays: il est difficile de choisir une voie», a-t-elle déclaré.

La campagne libérale fera plusieurs escales à Vancouver et dans ses environs dimanche, notamment dans des circonscriptions néo-démocrates, avant de se rendre à Victoria pour le dernier rassemblement de Justin Trudeau avant le vote de lundi.

Le gouvernement libéral a fait l'objet de plusieurs critiqués des électeurs progressistes de la Colombie-Britannique déçus de sa décision d'acheter l'oléoduc Trans Mountain pour 4,5 milliards $.