Le feu a nécessité l’intervention d’une soixantaine de pompiers, dont quelques-uns ont été sortis de leur soirée de congé afin de regarnir les casernes.

Violent incendie dans Charlesbourg

Une soixantaine de pompiers de Québec ont combattu les flammes durant toute la soirée de mardi, dans Charlesbourg. L’intervention majeure dans une résidence unifamiliale était toujours en cours, à 23h, près de quatre heures après le début du brasier.

C’est un voisin du 554 Côte Bédard, dans Charlesbourg, qui a alerté le Service de protection contre l’incendie de la ville de Québec (SPCIQ) vers 19h12. De la fumée s’échappait alors en telle quantité de la résidence que la façade n’était presque plus visible.  

Une femme se trouvait seule dans le vaste bâtiment de deux étages lorsque l’incendie s’est déclaré, mais elle avait déjà évacué à l’arrivée des pompiers. Cette dernière a été brièvement prise en charge par les ambulanciers après avoir inhalé de la fumée, mais un transport au Centre hospitalier n’a pas été nécessaire. 

D’abord situé à l’arrière du bâtiment, le feu s’est rapidement propagé sur les deux étages et dans la toiture, forçant le chef pompier à déclencher une deuxième, troisième puis quatrième alarme. Une soixantaine de sapeurs et plus d’une dizaine de camions ont rempli la rue Côte Bédard, entre le boulevard Henri-Bourassa et la rue Luc-Pelletier.

Le froid compliquant la tâche des pompiers, un groupe logistique a été déplacé afin de coordonner l’intervention et fournir du matériel de rechange en cas de gel. La basse température exige notamment des rotations plus fréquentes du personnel combattant les flammes et un débit d’eau continu dans les boyaux afin d’éviter que de la glace se forme à l’intérieur, a expliqué le porte-parole du SPCIQ, Bill Noonan. 

Pompiers en renfort

Selon M. Noonan, le fait que la résidence ait été rénovée par le passé a également fait la vie dure au SPCIQ. «C’est un gros travail physique parce qu’il faut ouvrir de multiples épaisseurs de plancher et de plafond pour atteindre les foyers d’incendie.»

Des pompiers de Québec ont dû être sortis de leur soirée de congé afin de regarnir les casernes.

La Croix-Rouge et un autobus du RTC ont été demandés sur les lieux, mais l’on ne savait toujours pas, tard mardi soir, si les résidents du 554 Côte Bédard devraient être pris en charge. 

Une enquête a été ouverte afin de déterminer les causes de l’incendie.