Le Soleil
Julie espérait que l’engagement de son ex-conjoint en vertu de l’article 810 allait mettre fin à son cauchemar. Mais la violence a continué, allègue-t-elle.
Julie espérait que l’engagement de son ex-conjoint en vertu de l’article 810 allait mettre fin à son cauchemar. Mais la violence a continué, allègue-t-elle.

Violence conjugale: «S’il me tue, vous allez savoir pourquoi»

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil
Au Québec, des femmes victimes de violence conjugale se retrouvent couramment sur une voie judiciaire alternative surnommée le «810», qui mène à un mandat de paix et évite des casiers judiciaires aux hommes visés. «C’est une fausse protection», affirme une femme qui continue de craindre pour sa vie.