Mario Despont, 48 ans, a été acquitté d'accusations de voies de fait ayant causé des lésions corporelles, de voies de fait armées et d'agression sexuelle.

Violence conjugale: acquittement partiel du mari québécois

Mario Despont, accusé de violence conjugale par son ex-épouse marocaine, a été acquitté des plus graves accusations qui pesaient contre lui.
Despont, 48 ans, a été acquitté d'accusations de voies de fait ayant causé des lésions corporelles, de voies de fait armées et d'agression sexuelle. Le juge Hubert Couture de la Cour du Québec l'a condamné pour deux accusations de voies de fait simple et voies de fait armées.
Mario Despont, résident de Lévis, s'était marié en 2011 avec une jeune Marocaine connue sur Internet. 
Ils sont venus s'établir au Québec en novembre 2014.
L'ex-épouse disait que tout a dégénéré à partir de ce moment. Elle affirmait avoir subi plusieurs épisodes de violence et avoir été forcée d'avoir des relations sexuelles avec son mari à quelques reprises.
Mario Despont niait tout geste de violence, se contentant de dire que la communication était difficile avec son épouse. Il affirmait qu'elle avait inventé la violence conjugale pour pouvoir divorcer rapidement sans perdre de statut en lien avec les lois sur l'immigration.
Le juge Hubert Couture a dit avoir eu fort à faire pour évaluer la crédibilité de la plaignante et de l'accusé. L'un comme l'autre avaient tendance à exagérer et n'ont pas convaincu le juge.
Des témoins amenés par la défense, des amies du couple, ont soulevé un doute raisonnable dont doit bénéficier l'accusé pour trois accusations, estime le juge Couture.
La poursuite a toutefois su faire la preuve d'un épisode de voies de fait simple, à savoir une tape sur la bouche, et d'un autre de voies de fait armées, lorsque Despont aurait lancé une bouteille de parfum.
Les représentations sur la peine auront lieu le 15 septembre.